Acte XVII au Puy : les banques se barricadent, les Gilets jaunes se défendent

ven 08/03/2019 - 13:14 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:56

----Infos pratiques :
Le stationnement sera interdit sur la place et le long du bld du Breuil.
La circulation sera interdite à partir du boulevard Fayolle, jusqu'en haut du boulevard Saint-Louis en passant par le boulevard du Breuil à partir de 13 heures.-----Visseuse à la main, Renaud Boyer s'affaire sur la façade de l'établissement bancaire, le Crédit Agricole, situé le long du boulevard du Breuil. Depuis mardi matin, son téléphone ne cesse de sonner. "Tout le monde s'affole", réagit l'entrepreneur spécialisé dans la menuiserie métallique. Et notamment les établissements bancaires, l'une des cibles priviligiées des casseurs comme on a pu le constater lors de précédents actes au niveau national. Lors d'une réunion le 4 mars dernier, le préfet Yves Rousset et le maire du Puy, Michel Chapuis avaient fortement encouragé les commerçants à se protéger en prévision d'éventuels débordements qui découleraient du rassemblement régional des Gilets jaunes prévu ce samedi 9 mars 2019. Ce que certains ont fait donc, sacrifiant ainsi quelque 2 000 euros.

>> A lire aussi : Acte XVII des Gilets jaunes : Le Puy sera-t-elle "ville morte" ?

En s'enfonçant un peu plus dans le coeur de ville, des ouvriers s'activent sur un chantier, enfin tout autour du chantier. Eux aussi placent des barricades, encore une fois comme l'avait demandé le préfet, pour sécuriser cette zone de travaux pouvant offrir des projectiles improvisés dans d'éventuels échauffourées.

Outre les barricades, les grilles métalliques devraient également habiller les devantures des commerces, ceux dont la trésorerie ne permettrait pas de financer une intervention de sécurisation. Certains restaurants ont également prévu de ne pas ouvrir le samedi soir.
"Une seule vitrine de commerce cassée"
Sur le web, les Gilets jaunes altiligériens réagissent à cette mise en place d'une ville morte pour ce samedi en revenant notamment sur les discours du préfet et du maire du Puy. Dans ce message, qu'ils ont également transmis à la rédaction de Zoomdici, les Gilets jaunes tiennent à rappeler "qu'au début du mouvement, les 1er et 8 décembre, jours des "émeutes ponotes", il n'y a eu qu'une seule vitrine de commerce cassée (et semble-t-il elle était déjà fissurée). Là ou les Gilets Jaunes auraient pu être félicités pour ce bel exploit (alors qu'aucun service d'ordre interne n'existait encore), ils sont fustigés et traités de casseurs. Par ailleurs en observant les diverses manifestations ici et là, il est constaté que lors des fréquents débordements, peu de commerces sont saccagés mais beaucoup d'établissements bancaires (symboles du système dénoncé) sont visés (il faut le reconnaître)."
"Nous mettons en place notre propre service d'encadrement afin d'éviter toute casse"
----Le rendez-vous pour la mobilisation régionale au Puy-en-Velay est donné le samedi 9 mars à 13h30 sur le parking poids-lourds d'Aiguilhe.-----Toujours en référence à cette réunion du 4 mars, les Gilets jaunes n'ont par ailleurs pas accepté que le préfet désigne la caserne des pompiers comme étant une cible potentielle, "ce qui pour nous ressort de la paranoïa la plus absurde." Et d'ajouter : "Nous souhaitons signaler aux commerçants que nous mettons en place notre propre service d'encadrement afin d'éviter toute casse auprès des personnes qui n'ont pas à subir cette dernière. Nul doute que les gilets jaunes n'ont rien contre les petits commerçants, nos revendications le démontrent bien. D'ailleurs nous comptons parmi nos rangs des commerçants retraités ou des petits artisans qui subissent de plein fouet le système économique actuel au même titre qu'un simple ouvrier."

>> A lire : Vers un acte IV des Gilets jaunes ? "Certains commerçants ne pourront pas s'en relever"

Ils disent également regretter l'impact sur l'économie dû aux précédentes manifestations, mais assurent ne pouvoir faire autrement "face à un gouvernement qui refuse d'entrendre la souffrance d'un grand nombre de ses concitoyens" et pointent du doigt les grandes zones commerciales comme étant les principales responsables de la dévitalisation du centre-ville, davantage "que nos simples manifestations hivernales."  

Le mouvement des Gilets jaunes de Haute-Loire appelle pour ce samedi 9 mars à une manifestation festive et pacifique.
Stéphanie Marin

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire