Acte VI des Gilets jaunes au Puy : toujours pas d'épilogue

sam 22/12/2018 - 15:09 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:55

"On est encore là, on est encore là, on est, on est, on est encore là !" Effectivement, ils, comprenez les Gilets jaunes, étaient encore là ce samedi 22 décembre 2018, rassemblés dès 9 heures du matin sur le parking poids lourds d'Aiguilhe. Au moment de quitter ce parking, point de ralliement désormais traditionnel des Gilets jaunes, ils étaient environ 500, avec en tête du cortège une quinzaine de tracteurs et des motards.

----Une minute de silence a été respectée ce samedi matin sur le parking d'Aiguilhe, pour rendre hommage aux personnes décédées dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes ainsi qu'aux victimes de l'attentat de Strasbourg.-----Direction la préfecture de la Haute-Loire, en passant par le boulevard Carnot et le boulevard Saint-Louis, le tout encadré par les forces de l'ordre, policiers et gendarmes locaux ainsi que des renforts de CRS. Un lacet de Gilets jaunes a fendu le paysage urbain assombri par un ciel gris. Toujours groupés, ils ont chanté mais jamais à la gloire d'Emmanuel Macron dont ils réclament encore la démission. "On est toujours là, toujours mobilisés, on a envie que ça bouge, on ne va pas s'avouer vaincus pour quelques miettes ! Tant qu'il n'aura pas compris, il n'y aura pas de dialogue", a réagi Jérôme Batret, un des porte-paroles des Gilets jaunes altiligériens, au volant de son tracteur. Outre la démission du président de la République, les Gilets jaunes, pancartes à l'appui, réclament la mise en place d'un référendum d'initiative citoyenne (RIC), "pour faire entendre la voix du peuple."

"Alors, on dit merci qui ?"
Ce samedi encore, ils ont fait entendre leur voix et usé un peu plus leurs chaussures, marchant à travers la ville du Puy, s'octroyant tout de même quelques arrêts minute devant la préfecture mais également sur le carrefour de Baccarat, avant de repartir, sans jamais lâcher pied. Mais toujours dans une ambiance bon enfant (malgré quelques noms d'oiseaux qu'on a pu entendre devant la préfecture de la Haute-Loire), parfois un peu taquine à l'égard des forces de l'ordre. "Alors, on dit merci qui ?", ont lancé certains Gilets jaunes à des policiers, faisant référence à la revalorisation salariale obtenue par les forces de l'ordre mercredi soir, après une journée de protestation nationale.

De retour à la préfecture vers midi, les Gilets jaunes ont décidé de poursuivre leur mouvement en se dirigeant vers le Géant Casino de Vals-près-le Puy. Après une halte plus longue que les précédentes, les Gilets jaunes, moitié moins nombreux qu'au matin, se sont une nouvelle fois retrouvés sur la place du Breuil, il était alors question de partir en direction du Auchan de Brives-Charensac. Une idée finalement repoussée par la majorité des manifestants qui se sont emparés du boulevard du Breuil, empêchant ainsi les voitures de circuler.
Le jeu du chat et de la souris, 2ème
Un peu avant 17h, les forces de l'ordre sont intervenues pour tenter de repousser les Gilets jaunes sur la place du Breuil. Une partie a suivi le mouvement, d'autres ont commencé une partie du jeu du chat et de la souris, comme samedi dernier, en remontant le boulevard Saint-Louis et bloquant ainsi tous les véhicules sur leur passage. Poursuivis par les forces de l'ordre, les manifestants dont la manoeuvre restait floue et hésitante, se sont engouffrés dans la Vieille ville. Très vite, la décision a été prise de retirer son gilet jaune, de le cacher et de se disperser afin de mieux se retrouver sur la place du Breuil. Un plan qui aura échoué pour un des Gilets jaunes qui, retenu par les policiers dans une petite rue perpendiculaire à celle de Pannessac, a dû se soumettre à un contrôle d'identité. Quelques minutes plus tard, c'est encore une fois sur le boulevard du Breuil que des Gilets jaunes se sont rejoints pour former un groupe d'une cinquantaine de personnes encadré par les CRS. Après 18h30, certains se sont rassemblés devant la préfecture.  
Acte VI des Gilets jaunes, ce samedi 22 décembre 2018 en images

Stéphanie Marin 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire