Tous

Brioude

20 à 40% de cambriolages en moins... voici la recette

lun 30/05/2016 - 14:10 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:41

Par l’intermédiaire des conventions de participation citoyenne, qui lie les élus, les citoyens et les forces de l’ordre, la population est associée à sa propre protection. Cohade, dans le Brivadois, a adopté le dispositif, lundi 23 mai dernier, comme six autres communes du département avant elle.
« Y’a pas plus de voleurs que de monde ». Un vieil adage auquel les Altiligériens croient encore dur comme fer, semble-t-il. Ils sont un peu trop confiants, si l’on en croit le colonel Jérôme Patoux, commandant du groupement de gendarmerie de la Haute-Loire. « Ici, les gens ne ferment pas leur porte à clef la nuit, laissent le moteur de la voiture tourner pendant qu’ils déchargent les courses… C’est comme s’il y avait une grande muraille de Chine qui protège le département ».
Pourtant, les cambriolages n'ont cessé d'augmenter au cours des cinq dernières années. Alors, pour enrayer le phénomène, la gendarmerie nationale bleuit le terrain, développe l’action de la police judiciaire et conduit des actions de prévention et de conseil auprès des commerçants, artisans, agriculteurs et autres citoyens, via les référents sûreté.

----Les communes conventionnées de Haute-Loire
Coubon depuis 2012
Le Monteil depuis 2012
Blavozy depuis 2013
St-Just-Malmont
Craponne-sur-Arzon
Ste-Florine depuis novembre 2015
Cohade depuis le 23 mai 2016
La préfecture précise que d'autres projets de conventions avec des communes sont actuellement en cours et devraient être finalisées vers la fin du second semestre 2016.-----Il ne s'agit pas de se substituer aux forces de l’ordre
Seulement voilà, d’après le colonel Patoux, « il y a énormément de travail à faire et ce serait compliqué d'inverser la courbe sans l'aide de la population ». Aussi celle-ci est-elle encouragée à adopter une attitude vigilante, par l’intermédiaire des conventions de participation citoyenne.
Suite à une réunion publique qui a recueilli l’adhésion de ses habitants, Cohade a validé le dispositif, le lundi 23 mai dernier, devenant ainsi la 7ème commune du département à signer une telle convention, la 2ème de l’arrondissement de Brioude, après Sainte-Florine, le 10 novembre 2015.
« L’objectif de ces conventions est d’amener la population à prendre part à sa propre sécurité selon une démarche partenariale et une solidarité de voisinage », a souligné le colonel Patoux. « On demande aux gens d'adopter des actes élémentaires de prévention. Lorsqu’un voisin part en vacances, on relève son courrier, on allume une lampe par-ci par-là, on ferme et on ouvre les volets de temps en temps, pour faire en sorte qu’il y ait du mouvement ».
Et on signale à la gendarmerie les faits qui semblent suspects ou anormaux, aussi. Mais pas plus. Pas question que les citoyens se substituent aux forces de l’ordre ou s’organisent en milice. Pour éviter les débordements, la gendarmerie veille au grain.

----La convention de Cohade a été signée le 23 mai par la sous-préfète Catherine Fourcherot, le colonel Patoux, commandant de la gendarmerie de la Haute-Loire, et le maire, Danièle Gilbert. Elle a ensuite été signée par le Procureur de la République du Puy, Jacques Louvier. Les élus de Cohade étaient présents lors de la signature, de même que le chef d’escadron Vidal, commandant de la compagnie de Brioude, et le lieutenant Pujol, commandant de la Communauté de brigade (COB) de Brioude/Paulhaguet/Champagnac-le-Vieux.-----Pour lutter contre l’individualisme

Le maire, quant à lui, est le pivot chargé de la mise en œuvre et du suivi du dispositif. Lequel a déjà fait ses preuves, selon Catherine Fourcherot, sous-préfète de l’arrondissement de Brioude. « Ces conventions permettent des baisses de 20 à 40 % du nombre de cambriolages », a souligné la représentante de l’Etat. « De plus, cette solidarité qui s’instaure permet de combattre l’individualisme et contribue à l'accroissement du sentiment de sécurité. C’est aussi un moyen de rapprocher la population et les forces de l'ordres, pour que les gens ne perçoivent plus l’action des gendarmes comme de la répression uniquement ».
La convention de participation citoyenne, c’est du donnant-donnant, en somme, ou encore, comme l’a indiqué le colonel Patoux, « un service premium que la gendarmerie développe au profit de la commune » et de ses habitants.

I.A.


> Toutes les info sur l'Opération tranquillité vacances

> Les conseils des forces de l'ordre pour éviter les cambriolages

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire