12 millions de personnes porteuses d’un handicap, est-ce normal de les oublier ?

Par O.St mar 18/01/2022 - 12:00 , Mise à jour le 18/01/2022 à 12:00

L’Unapei lance ce 20 janvier une nouvelle campagne pour alerter sur les manquements de l’Etat auprès des personnes en situation de handicap, de leurs aidants familiaux et des professionnels qui les accompagnent.

L’Unapei, association de défense des droits des personnes en situation de handicap intellectuel et cognitif, alerte depuis plusieurs mois sur la crise sans précédent que traverse le secteur du handicap. Trop de professionnels médico-sociaux et sociaux ne sont pas reconnus à la hauteur de leurs compétences et de leur engagement.

Epuisés, ces professionnels démissionnent en masse

Trop de personnes en situation de handicap sont mises en danger, privées de soins et d’activités essentielles à leur vie. Leurs droits fondamentaux, d’ores et déjà peu respectés en France, sont aujourd’hui totalement bafoués. Trop de parents, de grands-parents, de sœurs, de frères, abandonnés par la société, sacrifient leurs vies personnelles et professionnelles pour s’occuper de leur proche handicapé. Tous se sentent, plus que jamais, oubliés, ignorés par les pouvoirs publics.

Aussi, après avoir lancé une pétition sur change.org en octobre 2021, déjà soutenue par plus de 80 000 signataires, l’Unapei, décidée à porter haut et fort le désarroi de ces personnes, diffuse, en ce début d’année, une nouvelle campagne : #UrgenceHandicap.

Le handicap n’est pas une polémique d’un jour.

L’objectif : dénoncer les manquements de l’Etat en matière d’accompagnement des personnes en situation de handicap, parmi les plus complexes, et interpeller les décideurs publics, le grand public et l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle.

Pour l’Unapei, le handicap n’est pas une polémique d’un jour. La question de la place des personnes en situation de handicap pose plus largement celle de la citoyenneté, de la participation sociale, et de la société dans laquelle nous vivons et nous voulons vivre.

Rejeter toute discrimination envers les personnes en situation de handicap et demande des engagements concrets de la part de tous les candidats aux élections présidentielles en faveur d’une société solidaire inclusive responsable et accompagnante. Une telle construction passe par un changement total de paradigme : prise en compte experte des compétences, attentes et besoins des personnes en situation de handicap et de leurs proches, transformation profonde de l’offre des services dits de droit commun et moyens financiers à la hauteur de l’enjeu d’une société inclusive, qui n’exclut personne. 

Un accompagnement qui se dégrade de jour en jour

L’urgence persiste. L’hémorragie des professionnels médico-sociaux se poursuit inexorablement. Les personnes en situation de handicap subissent de graves atteintes à leur droits fondamentaux (ruptures d’accompagnement due aux arrêts de services, problèmes de sécurité, restrictions des activités essentielles à leur vie quotidienne, etc.).

Par cette campagne, l’Unapei dénonce un système qui ignore les personnes en situation de handicap, les aidants et les professionnels, dégradant inexorablement les conditions d’accompagnement des personnes handicapées. Pour rappel, en France et au niveau international, dans les textes et conventions, toute personne en situation de handicap a le droit de bénéficier de soins et d’accompagnements adaptés à ses besoins, d’avoir des activités et des relations sociales, d’avoir un emploi, d’aller à l’école… Leurs aidants familiaux ont également le droit d’être juste parents.

Il est urgent de rappeler qu’ils existent, vraiment, et qu’ils méritent d’être considérés.

Interpeller, dénoncer, fédérer… Les photos en noir et blanc et les visuels sombres illustrent l’abandon dont sont victimes les professionnels médico-sociaux, les personnes en situation de handicap et les aidants familiaux. Les visages ne sont pas ceux de mannequins. Ce sont des personnes confrontées quotidiennement à leur solitude qui ont accepté de révéler au grand public leur désarroi. Parce qu’il est urgent de rappeler qu’ils existent, vraiment, et qu’ils méritent d’être considérés.

« Depuis de nombreux mois, nous connaissons une crise qui nous ramène des années en arrière. Il y a une véritable pénurie de professionnels, qui ne se sentent pas reconnus et démissionnent. Nos associations n’arrivent plus à recruter. Cette situation met en danger les personnes en situation de handicap : les temps de soins ou d’activités sont limités, beaucoup de demandes d’accompagnement sont refusées ou interrompues... Et cela fait également peser une charge de plus en plus grande sur leurs familles, qui se retrouvent encore une fois victimes collatérales. Il faut que cela change, toutes ces personnes sont encore trop souvent oubliées ! » explique Luc Gateau, président de l’Unapei.

A ne pas revaloriser les professionnels sociaux et médico-sociaux, nous dévaloriserions les droits des personnes en situation de handicap.

Une première étape doit être que tous les professionnels sociaux et médico-sociaux du handicap, sans inégalité de traitement, soient concernés par les mesures d’augmentation et de revalorisation salariales prévues par le Ségur de la Santé. A ne pas revaloriser les professionnels sociaux et médico-sociaux, nous dévaloriserions les droits des personnes en situation de handicap.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés