Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Environnement : Pile ou face ?

Par . . jeu 08/09/2022 - 06:00 , Mise à jour le 08/09/2022 à 06:00

Du 5 au 11 septembre est la « Semaine Européenne du Recyclage des Piles (SERP) ». Fabien Charreyre, Directeur d'Altriom à Polignac, explique l'importance du recyclage de ces milliards de petites batteries. Un geste écocitoyen que 50% d'entre nous dénigre encore.

Selon les sites spécialisés sur le sujet, à l’instar de Corepile, Batribox ou Lemontri, 8 français sur 10 se disent au courant que les piles se recyclent. Mais toujours d’après leurs données, seulement la moitié des citoyens les confie dans l’une des 65 000 boites dédiées et installées dans les bureaux de tabac, commerces, grandes surfaces, écoles ou institutions du pays.

Fabien Charreyre, Dirigeant de la société Altriom à Polignac confirme les ratios mentionnés plus haut : « Oui, ce sont seulement 50 % des gens qui effectuent ce geste. Mais d’année en année, ce pourcentage a tendance à diminuer tout doucement. Le recyclage des piles se doit de devenir une habitude et une norme collective pour atteindre un jour le 100 %. »

Il appuie son propos en ce sens : « Ce recyclage est d’une importance capitale sur deux principaux aspects. Le premier est bien évidemment environnemental. Le second est économique ».

« À l’intérieur, il y a du plomb, du zinc, du cobalt, de l’inox mais aussi du lithium, du mercure ou du cadmium, éléments très toxiques pour l’homme et la nature ». Fabien Charreyre.

Une pile de montre dans la nature pollue 1m3 de terre

« Il faut comprendre que les piles sont toutes fabriquées à base de métaux et d’oxyde de métaux, explique le professionnel. Ces matières premières proviennent de pays lointains, d’Amérique du sud ou d’Australie entre autres. Ils sont extraits parfois sans regard aucun pour l’environnement, détruisant d’innombrables espaces de biodiversité. » Il soulève : « Ne soyons ni aveugle ni sourd sur le sujet. En France, nous consommons énormément de piles de toutes sortes »

Selon une étude réalisée en 2022 chaque foyer français posséderait environ 104 piles et batteries chez eux. Ce contingent électrique est composé à 74 % de piles en marche dans les appareils, 10 % usagées et le reste en attente dans leur emballage. D’après Corepile, c’est une montagne constituée de 1,5 milliards d’unités qui a été mise sur le marché en France en 2021.

Selon l'Institut Bruxelles Environnement, une pile met 7 000 ans pour se dégrader dans la nature. Le mercure d'une pile bouton usagée peut contaminer 400 litres d'eau ou un mètre cube de terre pendant 50 ans.

77 % du poids total d’une pile est recyclé

À la question de savoir pourquoi le recyclage des piles est un atout pour l’économie de l’Hexagone, Fabien Charreyre répond : « Déjà, pour développer les industries de recyclages. Et surtout pour récupérer des métaux et des matières que les sous-sols français ne possèdent pas naturellement. »

Il décrit : « De notre côté, nous recueillons toutes les piles du département. Nous les conditionnons ensuite dans des fûts métalliques anti-feu. Elles sont alors envoyées dans une fonderie qui va séparer toutes les matières recyclables. Les métaux seront séparés selon leur densité avec un process qui est aujourd’hui très bien maîtrisé ».

Chaque année, ce sont près de 33 000 tonnes de piles et accumulateurs qui sont utilisés. Cela représente 10 000 tonnes de zinc et 8 000 tonnes de fer et nickel enclins à être récupérer. La moitié sera perdue, 50% des piles terminant dans la nature ou dans les mauvaises poubelles.

« Des tonnes de piles sont encore jetées dans les bacs noirs »

« Ce qui est fait aujourd’hui est bien, admet Fabien Charreyre. Mais c’est loin d’être suffisant ! Il faut que tout le monde fasse des efforts en ce sens. Altriom fait partie d’un groupe national pour la captation des piles. Notre effort est considérable car nous allons dans le moindre bureau de tabac du département pour prendre en charge le contenu des boites vertes et récupérer les poignées de piles déposées dedans. »

Le Directeur de l’entreprise de tri persiste : « Il y a bien trop de perdition et de gaspillage ! Ce sont des tonnes de piles qui sont encore jetées dans les bacs noirs, destinées alors à l’enfouissement ou à l’incinération. Un écueil énorme et pour l’environnement et pour l’économie française sur ce précieux domaine ». 

Petite vidéo (datée de 2016) sur le recyclage des piles ▼