Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

"Une rentrée 2022 placée sous le signe de l'égalité des chances"

Par . . mer 31/08/2022 - 12:00 , Mise à jour le 31/08/2022 à 12:00

Ce mardi soir avait lieu la conférence de presse de rentrée pour le rectorat de l'académie de Clermont. Effectifs, projets pédagogiques et culturels, le recteur de l'académie Karim Benmiloud est revenu sur ces sujets.

Peu de temps après sa prise de parole Karim Benmiloud a insisté sur les maîtres mots de cette rentrée 2022. "Elle sera placée sous le signe de l'égalité des chances et de la réussite de tous les élèves". Dans la salle du conseil du rectorat de l'académie de Clermont, le recteur était accompagné de son secrétaire général Tanguy Cavé, de la directrice des ressources humaines Peggy Voisse, de son directeur de cabinet Jérôme Vial, et de Béatrice Clément, la directrice de la Performance et de la Modernisation de l'Action Publique. Tous ont présenté les enjeux de cette nouvelle rentrée scolaire au terme d'une conférence de presse qui a duré près d'une heure. 

Plusieurs projets pédagogiques expérimentés

C'est l'un des premiers axes abordés lors de la conférence de presse, les nouveaux projets pédagogiques en expérimentation dans les établissements scolaires de l'académie de Clermont-Ferrand. Dans l'Allier, la Haute-Loire, le Cantal et le Puy-de-Dôme, il y aura tout d'abord le quart d'heure lecture. Après une année d'expérimentation dans plusieurs établissements de l'académie, le projet va être mis en place dès la rentrée. "Le principe est simple, c'est de donner le plaisir de lire à tout le monde. C'est une grande opération pour toute l'académie de Clermont-Ferrand. Le 21 octobre à 13h51, tout le monde s'arrête et lit. Des écoles au lycée, élèves, personnels enseignants et membres du rectorat, tout le monde jouera le jeu", explique Karim Benmiloud. L'occasion pour le recteur d'insister sur les savoirs fondamentaux au primaire : lire, écrire, compter et respecter autrui. 

Mettre en valeur la pratique sportive dans les établissements

C'est également l'un des grands axes mis en avant par Karim Benmiloud lors de la conférence de presse de rentrée. La pratique sportive s'installe comme l'un des grands projets de la rentrée 2022. Tout d'abord dans le premier degré, où les trente minutes d'activités sportives quotidiennes sont évidemment poursuivies. Dans le second degré, un projet expérimental va être mis en place. Cela s'appelle "2 heures de sport supplémentaire en semaine", et les clubs, les fédérations et les centres de loisirs seront en lien direct avec ce projet. "L'objectif sera de trouver avec les associations du temps dans les emplois du temps des élèves pour banaliser des temps sportifs", explique Karim Benmiloud. Cinq collèges dans l'Allier vont mettre en place cette expérimentation. 

Pas de postes d'enseignants supprimés malgré la baisse d'effectifs dans le premier degré

Le constat principal de cette rentrée 2022-2023, c'est la perte d'effectifs d'élèves dans le premier et le second degré. L'académie de Clermont-Ferrand perd plus de 2 600 élèves, 1 500 dans le premier degré et 1 100 dans le second. Malgré la baisse d'effectif d'élèves par rapport à l'année dernière, l'académie n'a pas perdu de postes d'enseignants. Une bonne nouvelle pour cette rentrée pour Karim Benmiloud, le recteur de l'académie de Clermont-Ferrand. "On a obtenu des postes supplémentaires. Non seulement, on ne nous en a pas enlevé, mais on nous en a rajouté, on a 5 postes supplémentaires dans le 1er degré. Sur le second degré, on a huit postes en plus". 

Il y a néanmoins des inquiétudes sur plusieurs postes comme l'indique Peggy Voisse, directrice des ressources humaines. "Si les suppléances venaient à être massives, oui, nous pourrions être inquiets. Mais nous avons recruté 582 contractuels pour le second degré notamment, et nous en avons également que nous n'avons pas encore sollicité. Il y a deux matières où il est difficile de recruter, l'éco-gestion et la technologie. Même si pour cette dernière, c'est plutôt un problème national", explique Peggy Voisse.