Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Résiliacteurs43, une asso qui anticipe la crise alimentaire

Par . . mer 24/08/2022 - 15:30 , Mise à jour le 24/08/2022 à 15:30

Toute jeune association née au Puy-en-Velay en décembre 2021, elle a pris sa source dans un collectif de citoyens préoccupés de sécurité alimentaire. En janvier 2020, déjà, ils créaient sur la place du Plot un tableau vivant alertant les passants sur les risques de rupture de nos approvisionnements alimentaires.

« C’était avant le Covid », précise Chloé Landriot, présidente de l’association, « à ce moment-là, les gens ont pu penser que nous avions des idées farfelues et que nous étions inutilement alarmistes. » Deux mois plus tard, la pénurie de masques chirurgicaux nous faisait prendre conscience de notre manque d’autonomie. Sur le plan alimentaire, les fermetures des frontières ont évidemment fait une exception pour les camions approvisionnant la grande distribution, puis pour la main d’œuvre agricole, soulignant par là que la France n’est même pas autonome pour faire ses propres récoltes. C’est à cette condition que le système d’approvisionnement alimentaire a tenu le coup.

Une association très active

Depuis, Les Résiliacteurs43 se sont intégrés dans le paysage altiligérien : au printemps 2021, ils ont participé avec d’autres associations à la création d’une formation pour élus et techniciens sur le thème de la transmission agricole. En décembre 2021, ils ont intégré le comité de pilotage du Projet Alimentaire Territorial de l’agglomération du Puy en Velay. Le PAT rassemble tous les acteurs d’un territoire concernés par l’alimentation : élus, établissements scolaires ou accueillant du public, producteurs, commerçants, consommateurs, associations...

En janvier 2022, Les Résiliacteurs ont organisé la venue de Stéphane Linou, pionnier du mouvement locavore, spécialiste du lien entre approvisionnement alimentaire et sécurité nationale. Ce dernier a formé une vingtaine d’élus. A l’issue de cette formation, deux communes, Lapte et Saint-Germain Laprade, ont décidé d’inclure le risque de rupture d’approvisionnement alimentaire dans leur Plan Communal de Sauvegarde.

Agir face à l’urgence

Assemblée générale le 30 août

Mardi 30 août à 18 heures, au 4 rue du Pensionnat Notre Dame de France au Puy en Velay se tiendra l'AG de l'association.

« Mais il ne faut pas s’arrêter là », indique Anne-Sophie Quaisse, secrétaire de l’association. « Cet été, les canicules et la sécheresse nous ont montré que le péril climatique était bien présent, faisant peser une menace supplémentaire sur un système alimentaire déjà en tension. » Il suffit d’ouvrir les journaux pour constater que les récoltes ne sont pas bonnes, et que l’eau arrive à grand peine au robinet dans certains villages. Les incertitudes qui pèsent sur nos approvisionnements énergétiques pourraient également avoir des retentissement sur la production alimentaire.

Toutefois, il ne s’agit pas de s’angoisser mais d’informer et d’agir.
Le 23 septembre, Stéphane Linou donnera une conférence à 20h, salle Jeanne d’Arc au Puy en Velay, suivie d’une table ronde réunissant divers acteurs du territoire. « Nous voulons que le plus grand nombre de citoyens et de citoyennes puissent savoir où nous en sommes de cette question, localement. Ce sujet ne doit pas être tabou », explique Chloé Landriot, qui a déjà eu des échanges prolongés avec le maire de Brives-Charensac et la mairesse de Chadrac.
Le lendemain, 24 septembre, à Chaspinhac, Stéphane Linou formera de nouveaux élus sur le risque de rupture d’approvisionnement. La formation est gratuite, reconnue par l’Institut Supérieur des Elus et prise en charge dans le cadre du DIF. Il reste des places les élus sont appelés à s'inscrire avant le 4 septembre via cette adresse mail ici