Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

28 mois de prison dont 16 ferme pour l’agresseur du Maire de Brioude

Par maceo.cartal.3… mar 09/08/2022 - 09:00 , Mise à jour le 09/08/2022 à 09:00

Jeudi 4 août, le maire de Brioude avait reçu des coups au visage alors qu’il s’interposait face à un jeune homme en état d’ivresse en train de vandaliser la voiture d’une habitante. Multirécidiviste, le prévenu est accusé pour 6 motifs différents, à savoir violences aggravées, menace de mort et possession illégale d’arme blanche entre autres. Il écope de 28 mois de prison dont 16 mois ferme. 

Ce lundi 8 août, un jeune homme de 21 ans, domicilié à Brioude, comparaissait devant le tribunal correctionnel du Puy-en-Velay. Il a été l’auteur de six délits différents qui se sont tous déroulés dans le journée du 4 août à Brioude.

Rappel des faits

Jeudi 4 août 2022, le maire de Brioude Jean-Luc Vachelard tente de s’interposer face au jeune homme pour l’empêcher de dégrader le véhicule d’une habitante. Ayant déjà asséné des coups à la carrosserie et brisé la vitre de la voiture, l’accusé était alors en état d’ivresse et a frappé l’élu local à deux reprises au visage. Le Maire est blessé à l’arcade sourcilière et se trouvera par la suite en Incapacité Temporaire de Travail (ITT) durant plusieurs jours. Un autre homme est venu s’interposer mais a pu éviter les coups que lui portait le jeune brivadois. 

Plus tôt dans la journée, le prévenu avait été remarqué en train de voler une bouteille d’alcool fort au supermarché Casino de Brioude. Passant par les caisses automatiques, une vendeuse remarqua la bouteille dépasser de la sacoche et confronta alors le jeune délinquant. Ce dernier a alors injurié la vendeuse et l’a menacé de mort, stipulant qu’il était en possession d’un « flingue ». Les caméras de surveillance ont corroboré cette version car la bouteille ainsi que l’arme en question, un pistolet à grenailles, étaient bien visibles. 

Multirécidiviste avec des problèmes d’alcool

Le prévenu est connu de la justice puisqu’il a déjà été condamné à trois reprises pour des faits équivalents, dont une fois en tant que mineur. Il était d’ailleurs toujours sous le coup d’un sursis probatoire de 4 mois sur une durée de 2 ans depuis octobre 2020, date à laquelle il avait été condamné à 8 mois de prison dont 4 ferme. 

Dépendant à l’alcool et au cannabis, il suivait une obligation de traitement qu’il a rompu, en justifiant ne pas avoir de Carte Vitale ni de carte d’identité, nécessaire pour avoir la fameuse carte verte. Il indique au tribunal avoir commencé à boire et à fumer à 14 ans, âge où il a quitté l’école.

« Je ne me souviens de rien », J.V, l’accusé 

Au moment de l’agression du Maire, le prévenu avait vraisemblablement consommé la bouteille d’un litre de Vodka qu’il avait volé plus tôt dans la journée. Le lendemain de l’incident, alors qu’il était en détention, il avait été contrôlé à 0,44 mg d’alcool par litre d’air expiré, soit presque deux fois la limite légale. « Je ne me souviens de rien », indique l’accusé. Il explique qu’il ne se souvient pas de ce qui s’est passé après avoir pris la bouteille, à savoir les menaces envers la caissière et l’agression de l’élu local. 

« Je ne veux pas retourner en prison »

Au vu du caractère violent et multirécidiviste, le vice-procureur de la République a alors demandé une peine de 30 mois d’emprisonnement dont 18 en sursis probatoire renforcée pendant une durée de 2 ans. Il a requis aussi une obligation de soins en addictologie et en psychiatrie, une obligation de travail, l’interdiction de fréquenter les débits de boisson, de paraitre dans l’enceinte du magasin Casino en question, et un TIG (Travail d’Intérêt Général) lors de la période de sursis probatoire. 

L’avocat de la défense, Me Edmon Achou, s’est appuyé sur le fait que le conseiller d’insertion a dit du jeune homme qu’il avait la volonté de fournir les efforts nécessaires, mais qui est amputée par son addiction à l’alcool. Il défend son client en mettant en avant que ce jeune « est perdu et a besoin d’être correctement aidé ». En couple depuis 7 ans, il est installé avec sa compagne à Brioude qui est enceinte de 7 mois. L’avocat de l’accusé s’est aussi appuyé sur ce paramètre, justifiant alors un sursis plus important que la peine ferme. Le jeune homme quant à lui, a indiqué plusieurs fois vouloir faire une cure de désintoxication, et a conclu « je ne veux pas retourner en prison », les larmes aux yeux, avant la délibération. 

28 mois de prison et près de 1.500 € d’indemnisation

Après une grosse demi-heure de délibération, les jurés ont rendu le prévenu coupable des six chefs d’accusation, qui sont : 

  • Destruction d’un bien appartenant à autrui
  • Violences en état d’ivresse envers un représentant de la loi (le Maire)  suivi d’une incapacité (ITT)
  • Violence en état d’ivresse, sans incapacité (ITT)
  • Menace de mort réitérée
  • Vol
  • Port sans motif légitime d’arme blanche de catégorie D

Le tribunal le condamne alors à 24 mois de prison dont 12 en sursis renforcée sur une période de 2 ans, auxquels s’ajoutent 4 mois de prison ferme découlant du sursis sous lequel il était. Il obtient aussi une obligation de suivre des soins en addictologie et psychiatrie, obligation de travail et de formation, interdiction de fréquenter les débits de boisson, ainsi que le Casino, et un TIG de 140h. Il écope aussi d’une peine complémentaire d’interdiction de possession d’arme en tous genre pendant 5 ans. 

Le Maire, ne s’est pas constitué partie civile, ayant déclaré après l’agression : « il m’a frappé puisque je suis allé le voir, comme un simple citoyen ». Le jeune homme doit cependant rembourser les plus de 940 € nécessaires à la réparation du véhicule dégradé, et 500 € de préjudice morale pour la propriétaire. À la fin du jugement, le jeune homme est entré en détention immédiate.