Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Élection présidentielle 2022 : quel candidat vos élus ont parrainé ?

Par nicolas@zoomdici.com mar 15/02/2022 - 16:00 , Mise à jour le 15/02/2022 à 16:00

Avant d’espérer s’affronter en duel le 24 avril lors du second tour de la présidentielle 2022, il faut d’abord que les candidats obtiennent avant le 4 mars les précieux 500 parrainages de la part des élus de France. Actuellement, 12 parrainages ont été effectués en Haute-Loire, soit le plus faible nombre... de tout l’Hexagone.

La Haute-Loire compte 257 communes et donc autant de maires. Ces derniers ont le pouvoir de choisir le candidat qui, selon eux, mérite de participer à la course pour la prochaine élection présidentielle. Avec eux, il y a les quatre parlementaires (deux députés et deux sénateurs), 38 conseillers départementaux, 8 conseillers régionaux, les présidents des dix communautés de communes du département et celui de la communauté d’agglomération du Puy-en-Velay. Ils sont donc plus de 300 à pouvoir « présenter » leur champion afin que ce dernier puisse obtenir les 500 parrainages, sésame obligatoire pour se trouver sur la ligne de départ de l’élection présidentielle française.

À titre de comparaison, l’Ardèche a déjà généré 37 parrainages, le Cantal 33, l’Allier 40, le Puy-de-Dôme 59 et la Loire 50. La Haute-Loire, avec 12 parrainages, est en queue de peloton, suivie par le Tarn-et-Garonne (16 signatures) ou encore la Lozère avec 22 soutiens. Source Conseil constitutionnel

Pécresse en tête pour le choix des élus altiligériens

Pourtant, au 14 février 2022, seuls 12 parrainages ont été officialisés en terre vellave depuis le 26 janvier. À mi-parcours, la Haute-Loire se dénote alors comme le département en France affichant le moins d’engouement à se positionner pour choisir les candidats parmi les 25 en lice. Sur les 12 élus altiligériens, 7 « parrainent » Valérie Pécresse (Les Républicains).

Il s’agit de la Présidente du Conseil départemental Marie-Agnès Petit, du sénateur Laurent Duplomb, du député Jean-Pierre Vigier, du maire de Dunières Pierre Durieux, du maire de Lavoûte-Chilhac Christian Dauphin, du maire de Chavaniac-Lafayette Maurice Lac et de la conseillère départementale Brigitte Renaud.

Le dispositif de parrainages existe depuis l'élection du président de la République au suffrage universel direct. Le filtre des parrainages vise à éviter des candidatures trop nombreuses à l'élection présidentielle et à écarter les candidatures fantaisistes ou de témoignage.

Lors des trois premières élections présidentielles au suffrage universel direct (1965, 1969 et 1974), le parrainage de 100 élus était exigé. Cette règle a bien limité le nombre de candidats pour les élections de 1965 (6 candidats) et de 1969 (7 candidats), mais moins bien en 1974 (12 candidats). Une réforme adoptée en 1976 a porté le nombre de signatures à 500.

Un soupçon d’écologie, une pincée d’extrême gauche, une miette de droite radicale et un nuage de centre

Jean-Marc Cubizolles, maire de la commune de Vals-le-Chastel, opte pour Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise). Le candidat écologiste Yannick Jadot est supporté par le conseiller régional Renaud Daumas et par Anne-Marie Brun, maire de Saint-Cirgues. Gérard Gros, maire de Saint-Vidal, choisit quant à lui Nicolas Dupont-Aignan de Debout la France. André Halfon, maire de la commune de Torsiac, signe pour un candidat pas encore déclaré dans la compétition : Emmanuel Macron, président sortant.
Ce mardi 15 février s'est rajouté le parrainage de la maire de Saint-Julien-des-Chazes, Sylvie Michel, pour Eric Zemmour.

Les dates clés de la présidentielle 2022

Le dimanche 10 avril 2022, premier tour de l’élection
Le dimanche 24 avril, second tour.
Les élections législatives sont prévues à la suite, les 12 et 19 juin 2022. Ces élections doivent permettre d'élire 577 députés.

Emmanuel Macron, pas encore candidat, et pourtant largement parrainé

Le 14 février, à l’heure de l’écriture de l’article, les candidats qui ont atteint le seuil des 500 parrainages sont Anne Hidalgo (PS) avec 790 signatures, Emmanuel Macron (LREM) avec 1 050 soutiens et Valérie Pécresse (LR) avec 1 249 parrainages.

Ceux proches de dépasser cette limite sont Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) avec 419 signatures, Yannick Jadot (EELV) fort de 325 soutiens, Jean Lassalle (Mouvement Résistons!) avec 382 validations ou encore Fabien Roussel (PCF) affichant un score de 381 parrainages.

Le système des 500 parrainages fait l’objet de débats récurrents. Il lui est notamment reproché :

  • son échec à empêcher la multiplication des candidatures, malgré la réforme de 1976 (le nombre de candidats s’est élevé à 16 en 2002)
  • son incapacité à faire une place à des candidats populaires mais hors système
  • son caractère archaïque depuis l’instauration de l’élection du président de la République au suffrage universel direct
  • le risque de voir certains élus marchander leur soutien (mise aux enchères par exemple)
  • les pressions parfois fortes exercées sur les maires des plus petites communes.

Seulement 181 parrainages pour Eric Zemmour

Certains candidats historiquement présents ou très médiatisés sont plutôt à la traîne. Eric Zemmour (parti Reconquête!) a obtenu pour l’instant 181 signatures. Marine Le Pen (RN) possède 274 soutiens. Jean-Luc Mélenchon (LFI) affiche 258 parrainages. Quant à Nicolas Dupont-Aignan, 280 élus en France l’ont approuvé.

 

  • Depuis la dernière élection présidentielle, les parrainages sont publics. Les élus peuvent donc avoir peur de déplaire et donc de perdre des subventions. En 2017, ils n’étaient que 48 à avoir donné leur soutien en Haute-Loire, sur un potentiel de plus de 300 élus. Voici la liste :