Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Cécile Gallien: "Une vision à long terme pour les zones rurales"

Par . . mer 09/02/2022 - 12:00 , Mise à jour le 09/02/2022 à 12:00

Elle a proposé un amendement pour un agenda rural européen devant le comité européen des régions.

Le plan d’action pour le rural est destiné à promouvoir la cohésion territoriale, créer de nouvelles perspectives afin d’attirer des entreprises innovantes, donner accès à des emplois de qualité, promouvoir des compétences nouvelles et améliorées, garantir de meilleures infrastructures et de meilleurs services.

Lors de la 148e Session plénière du comité européen des régions qui rassemble des Maires, Conseillers départementaux, régionaux de l’ensemble de l’Europe, des élus sont intervenus pour proposer des amendements et soutenir la nécessité pour l’Europe d’agir encore plus en faveur des zones rurales. 

Cécile Gallien, vice-Présidente de l’AMF et membre du Comité européen des régions s’est exprimée et a soutenu l’amendement . "Il est urgent de mettre en place un Agenda Rural européen qui définisse les propositions concrètes d’action immédiate qui accompagnent la visions à  long terme pour les zones rurales de l’Union Européenne, et recommande que ces propositions concrètes soient accompagnées de moyens et d’objectifs quantitatifs pour s’assurer de la mise en œuvre effective de la vision à long terme". Cet amendement et l’avis présenté par le Président de la Région d’Andalousie ont été très largement et de manière transpartisane voté par le Comité européen des régions. 

Les transitions écologiques, et la crise sanitaire ont eu tendance à attirer de nouvelles populations dans des zones rurales

La nécessité d’accorder une attention particulière aux zones rurales dans une optique de cohésion est consacrée par l’article 174 du Traité de Rome. Elles sont largement reconnues et appréciées pour la production alimentaire, la gestion des ressources naturelles, la protection des paysages naturels, ainsi que pour les loisirs et le tourisme. Elles constituent l’espace de vie de 137 millions d’habitants, soit près de 30 % de la population de l’UE et plus de 80 % de sa superficie. Néanmoins, les changements sociaux et économiques survenus ces dernières décennies, parmi lesquels la mondialisation et l’urbanisation, modifient le rôle et la nature des zones rurales, qui sont également touchées par le déclin démographique et le vieillissement de la population. Mais les transitions comme l’accès des zones rurales au numérique ou les transitions écologiques, et la crise sanitaire ont eu tendance à attirer de nouvelles populations dans des zones rurales, c’est le cas en France.  

Les ruralités en France représentent un tiers de sa population et 80 % du territoire français

Depuis 2016, le Comité européen des régions s’est associé au Parlement européen pour effectuer un travail de sensibilisation autour des besoins et du potentiel spécifiques de ces zones rurales. 
"En septembre 2019, la Commission européenne a décidé d’élaborer une vision à long terme visant à rendre les zones rurales de l’UE plus fortes, connectées, résilientes et prospères à l’horizon 2040. Un pacte rural a été lancé en décembre 2021 par une lettre ouverte invitant toutes les parties prenantes, dont le CdR, et les Etats et Collectivités régionales à s’investir dans le processus. 
La France a élaboré un Agenda Rural Français en 2019 auquel j’ai contribué. Les ruralités en France représentent (comme en Europe) un tiers de sa population et 80 % du territoire français. "

Parmi les grands défis: l’évolution démographique, la fracture numérique, de faibles niveaux de revenu, une diversification limitée de l’économie

Le rôle et l’importance des zones rurales sont encore sous-estimés et négligés en Europe. Parmi les grands défis qu’elles doivent affronter figurent l’évolution démographique, la fracture numérique, de faibles niveaux de revenu, une diversification limitée de l’économie, un accès limité aux services, des problèmes de mobilité dans la mise en œuvre de la transition écologique et certaines incidences spécifiques du changement climatique.

"Beaucoup de membres du Comité ont regretté que les décisions prises au niveau de l’UE pour la période de financement 2021-2027 l’aient été avant que la vision à long terme des zones rurales ne soit publiée. D’où l’importance de travailler dès maintenant sur un Agenda Rural européen, comme il existe un Agenda urbain européen depuis 2015. Ceci est d’autant plus important également qu’en terme d’aides européennes, les propositions de la Commission européenne pour le prochain cadre financier pluriannuel (post 2027) sont attendues en 2024."

Il est prévu dès cette année 2022, de travailler sur la revitalisation rurale

Le plan d’action pour le rural est destiné à promouvoir la cohésion territoriale, créer de nouvelles perspectives afin d’attirer des entreprises innovantes, donner accès à des emplois de qualité, promouvoir des compétences nouvelles et améliorées, garantir de meilleures infrastructures et de meilleurs services, et tirer parti du rôle de l’agriculture durable et de la diversification des activités économiques. Un observatoire rural sera institué au sein de la Commission européenne afin d’améliorer encore la collecte et l’analyse des données sur les zones rurales.
Il est prévu dès cette année 2022, de travailler sur la revitalisation rurale, la recherche et l’innovation, la mobilité rurale, l’avenir numérique des zones rurales, la transition énergétique et la lutte contre le changement climatique, la séquestration du carbone dans les sols agricoles, la santé des sols et l’alimentation, la résilience sociale et les femmes dans les zones rurales, l’entrepreneuriat et l’économie sociale. 

Le pacte rural dès 2022 rassemblera toutes les parties prenantes. Le CdR veillera à ce que l’expertise et le rôle spécifiques des collectivités locales et régionales soient pris en compte dans la formulation des politiques européennes, nationales et infranationales et que, ce faisant, le potentiel des zones rurales soit pleinement exploité