Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Fin du chauffage au fuel en logement neuf : une pratique déjà établie ?

Par . . ven 31/12/2021 - 08:00 , Mise à jour le 31/12/2021 à 08:00

Annoncée pour le 1er janvier, l'interdiction d'installation en logement neuf de chaudières à fioul est finalement reportée à la mi-2022 par le Ministère de la Transition écologique. Très polluant et victime d'une hausse régulière des prix du combustible, ce mode de chauffage serait-il déjà tombé en désuétude ? 

Interdire l'installation d'équipements de chauffage qui émettent plus de 250g de CO2eq/kWh PCI, décision officielle du 27/07/2020 suite à une proposition de la Convention Citoyenne pour le Climat, ne devrait semble-t-il que confirmer une tendance déjà présente en Haute-Loire.  "Nous n'avons plus de demandes de particuliers d'installations nouvelles sur des logements neufs depuis déjà 5-6 ans." C'est en tous cas ce que nous confie Fabien Hébrard, pour l'entreprise CF2C-Chapuis basée à Solignac-sur-Loire, spécialisée dans les installations de chauffage et de climatisation.

Batiment et énergie

Les secteur du transport et du bâtiment, sont particulièrement émetteur de CO2. Coté logement nous avons en effet besoin d’énergie pour nous éclairer, pour cuisiner et surtout pour nous réchauffer.

Jean Chambefort, artisan chauffagiste établi à Vorey, confirme cet état de fait "Je n'ai plus aucune demande pour ce type d'installations sur du neuf, nous dit-il. Aujourd'hui, c'est la pompe à chaleur qui est privilégiée, et le plancher chauffant. Le plancher chauffant, ça permet d'adapter son type de chaudière."

Réparation et rénovation des installations, l'activité des chauffagistes

Lorsqu'il est question du fuel domestique, il s'agit donc pour les entreprises locales de chauffagistes d'assurer des activités de maintenance, de réparation et de rénovation des anciennes installations. Pour Fabien Hébrard le prix du fuel commence à être un facteur rédhibitoire, et les changements d'installations au profit de systèmes moins polluants sont déjà fréquents. Il rajoute que, en ce qui concerne les chaudières au fioul, la clientèle de CF2C "est essentiellement constituée de personnes plus âgées, qui ne souhaitent pas mettre 20000 euros sur un changement global de mode de chauffage" .

Pour Jean Chambefort, l'entretien des systèmes fonctionnant à partir du combustible fuel représente encore une grosse partie de son activité : de nombreux chantiers consistent en la rénovation de bâtiments anciens, compte tenu de son secteur géographique. "Tant que nous trouverons les pièces pour réparer les chaudières, notamment les brûleurs, nous maintiendrons cette activité." Le prix sans cesse en hausse du fuel n'est apparemment pas un facteur décisif pour changer d'équipement dans sa clientèle. Et de rajouter que la multiplication des pompes à chaleur, très en vogue actuellement, entrainent d'autres problématiques, notamment en matière de fourniture d'énergie nécessaire à leur utilisation. Quant au coût du combustible, il nous cite l'exemple d'une personne, dont le remplacement de sa chaudière traditionnelle par une pompe à chaleur sur radiateurs a entrainé " l'explosion du montant de sa facture d'énergie". "Elle a vite choisi d'installer une chaudière bois !" . Il termine : "Il y a les chaudières à granulés bien sûr pour remplacer aussi. Mais ça coûte très cher. Bien sûr il y a des aides, mais il faut faire des dossiers, des démarches.. ça parait tellement compliqué à certaines personnes..."

Il peut sembler difficile de s'y retrouver parmi les dispositifs d'aide au financement des travaux de rénovation énergétique du logement proposés par l'Etat.
On peut citer Ma Prim'Renov, dont le montant dépend des revenus et des travaux à financer.
Citons aussi l'Eco-Prêt à Taux Zéro. Le changement de chaudière permet d'en bénéficier.

Attention ! Il faut faire appel à un professionnel qualifié RGE pour bénéficier des aides proposées par les pouvoirs publics.

Plus d'informations sur le site du Ministère de l'Economie, des Finances et de la Relance : https://www.economie.gouv.fr/particuliers/aides-renovation-energetique

A partir de l'été 2022, toute chaudière au fuel obsolète devra être remplacée. Mais tant qu'une chaudière est fonctionnelle, entretenue et réparable, il ne sera pas obligatoire de la remplacer. 

La RE (Réglementation environnementale) 2020, en remplacement de la RE2012, prévoit donc une nouvelle réglementation concernant les bâtiments neufs, dans le but de diminuer leur empreinte carbone et d'améliorer leur performance thermique.
C'est dans ce cadre-là qu'entre en vigueur l'interdiction d'installation de chaudières au fuel domestique. Il faut savoir qu'une installation de ce type émet dépasse le plafond de 250g de CO2eq/KwH PCI prévu par la nouvelle réglementation.

En France, ce sont environ trois millions de logements qui sont concernés par le chauffage au fioul. En Haute-Loire, en 2018, environ 30%  étaient équipés de chaudières au fioul domestique, soit un peu plus de 29 000 logements, répartis en 26 000 maisons individuelles pour 3 000 appartements. Le cours du fuel domestique est à ce jour environ d'1.03€/l .

Emissions de C02 par énergie de chauffage
(
Source : Ademe et Carbone 4 (2018)
Chaudière à bois 30g CO2e/kWh
Pompe à chaleur 49G CO2e/kWh
Réseau de chaleur 100g CO2e/kWh
Radiateur électrique 147g CO2e/kWh
Chaudière gaz 227g CO2e/kWh
Chaudière fioul 324g CO2e/kWh