Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

200 euros par mois : c’est le montant moyen de la facture d’énergie en Haute-Loire

Par . . jeu 30/12/2021 - 07:00 , Mise à jour le 30/12/2021 à 07:00

C'est le résultat d'une enquête OpinionWay, détaillée et rendue publique début décembre.

Dès lors 49 % des habitants estiment nécessaire de réaliser des travaux de rénovation énergétique.

Le baromètre 2021 Monexpert-renovation-energie.fr réalisé avec OpinionWay montre que la rénovation énergétique est une préoccupation de plus en plus forte pour les consommateurs, convaincus massivement que l’enjeu doit s’inscrire dans le programme économique des candidats à la présidentielle.

Beaucoup restent perdus devant la complexité du fléchage des aides et disposent d’un budget en baisse par rapport à 2020 pour financer les travaux dans leur logement

Malgré ce fort intérêt général, les habitants de Haute-Loire et de la région Auvergne-Rhône-Alpes restent perdus devant la complexité du fléchage des aides et disposent d’un budget en baisse par rapport à 2020 pour financer les travaux dans leur logement. Pour faciliter leurs démarches, ils plébiscitent l’accompagnement à travers un prestataire unique et, en prérequis, l’audit énergétique de leur logement.

 Avec une facture d’énergie mensuelle de 200 €, les habitants de Haute-Loire se situent au-dessus de la moyenne nationale (184 €), ce qui n’empêche pas 37 % d’entre eux de déclarer ressentir une sensation de froid dans leur logement.

Un altiligérien sur 2 estime nécessaire la réalisation de travaux de rénovation énergétique

Aussi, ils sont nombreux (49 %), à estimer nécessaire la réalisation de travaux de rénovation énergétique. Car, ils sont conscients que cela apporte une vraie valeur au logement : pour 82 %, l’étiquette énergétique du logement visité serait un critère important dans leur projet d’achat et pour 39 %, une bonne étiquette énergétique permet une revente facile.

Et pourtant, deux tiers des habitants de la Haute-Loire (60 %) n’envisagent pas d’en faire dans les 2 ans à venir.

Une certaine méconnaissance des aides financières disponibles

En cause: la méconnaissance de la performance énergétique de leur logement et des aides financières disponibles : 59 % ne connaissent pas la performance énergétique de leur logement et 79 % ne sont pas en mesure de citer une aide financière permettant de réaliser des travaux de rénovation malgré la communication massive des pouvoirs publics et des acteurs privés.

26 % ne disposent d’aucune enveloppe budgétaire

Ensuite, évidemment: un budget restreint : 49 % sont freinés par le manque d’argent avec un budget moyen de 3 432 euros, très insuffisant pour effectuer des travaux efficaces. 17 % des habitants du département déclarent même disposer de moins de 1 000 euros pour les financer et 26 % ne disposent d’aucune enveloppe budgétaire.

Revaloriser les aides, systématiser le recours à l’audit

Dans ce contexte, 76 % des habitants qui envisagent des travaux se disent intéressés par un audit de leur logement. Un véritable plébiscite du diagnostic énergétique en prérequis avant travaux, tandis que 67 % souhaitent confier la gestion de leur rénovation à un prestataire unique pour gérer le projet de A à Z.

En conclusion, afin de convaincre davantage de consommateurs à réaliser des travaux de rénovation énergétique, les conseillers appellent les pouvoirs publics à revaloriser les aides, à systématiser le recours à l’audit et ce à un coût raisonnable et, enfin, à favoriser l’accompagnement via un interlocuteur unique.