Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Désertification médicale à Brioude : quelles solutions pérennes ?

Par . . mer 08/12/2021 - 17:00 , Mise à jour le 08/12/2021 à 17:00

Le Brivadois ne compte que neuf médecins généralistes, dont certains à temps partiel. Aucun cardiologue, ophtalmologue ni psychiatre n’assure de consultations en ville. Le Comité de vigilance de l'hôpital public de Brioude lance des pistes.

L'assemblée générale du Comité de vigilance de l'hôpital public de Brioude aura lieu ce vendredi 10 décembre 2021, à 18h00 salle Allier, à la Maison de l'Instruction à Brioude. En amont, celui-ci dresse un constat sombre de l'hôpital public. « Notre accès à une santé de qualité et de proximité est de moins en moins assuré malgré l'abnégation des personnels, lance-t-il. L’hôpital public se désintègre avec partout des fermetures de lits, de services, en particulier d’urgence et de SMUR mais aussi en psychiatrie, en chirurgie, en médecine, en soins de suite… C’est une catastrophe sanitaire qui s’amplifie. »

Le Comité de vigilance reconnaît cependant que l'hôpital public de Brioude connaît une situation plus favorable que d'autres établissements. Mais il se dit vigilant car « à Brioude comme ailleurs les contraintes budgétaires pèsent sur le centre hospitalier ». Pour lui, il faut conforter les activités de l'hôpital et les développer afin d'assurer un service de soins de qualité maximale. Il demande aussi la prise en compte des demandes du personnel hospitalier, éreinté par deux années de travail intense lié à la Covid-19 et à ses conséquences.

Comme dans de nombreux territoires français, la désertification médicale s’amplifie sur le bassin de santé de Brioude. « Il y a neuf médecins généralistes sur Brioude alors qu'il en faudrait 14 et certains d'entre eux n'exercent pas à plein temps », illustre le Comité de vigilance qui déplore que les patients aient des difficultés à obtenir rapidement un rendez-vous. « Il n'y a plus ni cardiologue, ni ophtalmologue, ni psychiatre assurant des consultations en ville », poursuit-il. 

Des solutions à moyen terme

Pour pallier cette pénurie, les élus de la Communauté de Communes de Brioude Sud Auvergne ont proposé plusieurs pistes : meilleure coordination des professionnels de santé, rotation entre les médecins de ville et hospitaliers pour assurer des gardes le soir, ou encore mise à disposition d'un cabinet de consultation en ville pour les internes en fin de stage.

Le comité de vigilance estime que la mise en œuvre de ces mesures peut permettre d'améliorer l'existant. Mais il insiste sur une stratégie à long terme afin de trouver des solutions pérennes par des actions volontaristes. « Au vu de ce qui se fait ailleurs, nous proposons que deux pistes complémentaires soient explorées : la création d'un centre de santé adossé à l'hôpital et la création d'une maison de santé libérale », conclut-il.

Contact :
defensehopitalbrioude@laposte.net
defensehopitalbrioude.blogspot.com
www.facebook.com/defensehopitalbrioude