Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Office National des Forêts: de moins en moins de postes pour protéger la nature

Par olivier@zoomdici.com mar 30/11/2021 - 12:00 , Mise à jour le 30/11/2021 à 12:00

Le gouvernement impose dans le nouveau contrat Etat-ONF pour 2021-2025 la suppression de 500 nouveaux postes.

Ce contrat confirme le désengagement de l'Etat et son renoncement face à sa responsabilité envers les générations futures.

La forêt couvre 30% du territoire métropolitain en France. L'Office National des Forêts (ONF) gère les forêts publiques soit 10% du territoire national, composées de forêts communales et domaniales ( qui appartiennent à l'Etat).  

La forêt : un réservoir de biodiversité et la source d'un matériau renouvelable unique : le bois.

Nos forêts sont essentielles : ce sont des espaces d'accueil du public et de loisirs ouverts à tous, mais également réservoir de biodiversité et source d'un matériau renouvelable unique : le bois.

Nos forêts sont également des puits de carbone, protègent nos ressources en eaux et les milieux naturels. Elles contribuent à limiter les phénomènes d'érosion en montagne et à fixer les dunes sur le littoral.   

De fortes diminutions des effectifs de l'ONF : de 16 000 en 1986 à 8400 de nos jours.

Des études montrent que la valeur produite par nos forêts au bénéfice de la société est composée à 10% par le matériau bois et à 90% par les autres fonctions de la forêt : stockage de carbone, purification de l'eau, de l'air, biodiversité, loisirs… Or c'est en grande partie la vente du matériau bois qui finance, de plus en plus mal, la gestion forestière notamment assurée par l'ONF.  

Depuis 30 ans, la baisse des cours du bois a provoqué de fortes diminutions des effectifs de l'ONF : de 16 000 en 1986 à 8400 de nos jours. Un nouveau modèle économique semble indispensable.   

En outre, la crise climatique que nous vivons, agresse nos forêts et localement remet en cause leur survie. Elle accroit très fortement les risques d'incendie. Comme l'ont préconisé la Convention Citoyenne pour le Climat, la députée A-L Cattelot dans son rapport remis au Premier Ministre et de nombreux autres députés : "La période actuelle nécessite que l'on renforce les moyens de l'ONF."              

La forêt, il faut y être. On ne peut pas la gérer de loin en télétravail.

"Or, le gouvernement impose dans le nouveau contrat Etat-ONF pour 2021-2025 la suppression de 500 nouveaux postes. Ce contrat confirme le désengagement de l'Etat et son renoncement face à sa responsabilité envers les générations futures" explique-t-on à l'ONF.

Un avis partagé et soutenu par René Roustide du SFP43: "C'est dommage car l'ONF joue un rôle important dans la gestion de la forêt domaniale. Moins d'effectifs, c'est moins d'entretien. C'est dommageable. Ils jouent aussi un rôle de police environnementale très important. Donc nous les soutenons. Tout le travail reste à faire. La forêt, il faut y être. On ne peut pas la gérer de loin en télétravail."

Et selon lui la situation est alarmiste. "Elle le devient tout doucement. Les effectifs baissent depuis très longtemps. C'est comme au CNPF (centre national de la propriété forestière): il leur reste un technicien et demi pour la Haute Loire."

Nous ne pouvons pas planter les mêmes arbres que nos grands-pères.

Et il poursuit: "L'Etat se désengage de plus en plus. Les enjeux sont pourtant sociétaux et environnementaux. De surcroît il n'y a pas de sous-traitance dans ce domaine. Les forêts sont de plus en plus maltraitées et il reste beaucoup de choses à faire. Nous sommes devant un défi climatique important. Nous ne pouvons pas planter les mêmes arbres que nos grands-pères. En Haute-Loire, il y a beaucoup de coupes à blanc, les techniques de jardinage sont peu employées. Tout cela sera à la longue très dommageable."