Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Hôpital Ste-Marie : L’Ehpad Marie Pia ouvre ses portes

Par nicolas@zoomdici.com jeu 30/09/2021 - 17:00 , Mise à jour le 30/09/2021 à 17:00

C’est sans précédent en France selon la direction de l’hôpital psychiatrique. La maison de retraite Marie Pia, destinée à un public souffrant d’un trouble psychiatrique antérieur au trouble de l’âge, accueille ses premiers résidents dès ce lundi 4 octobre.

Le bâtiment flambant neuf repose sur les hauteurs de l’hôpital Sainte-Marie au Puy-en-Velay. Dressé sur ses trois étages, il fait face à une vue splendide sur la « skyline » ponote et le flanc de Chadrac et d’Aiguilhe. Une fois à l’intérieur, tout est en angle, avec de longs couloirs au sol gris aluminium, percés ci et là par les portes des chambres. Au bout de l’un deux, un puits de lumière projette les rayons du soleil contre les façades internes, donnant presque l’illusion d’être dehors sous le ciel de septembre. L’Ehpad Marie Pia (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes), après plus de 18 mois de travaux et 8,8 millions d’euros de budget, prendre en charge ses premiers résidents ce lundi 4 octobre.

Vous voulez des chiffres ? C’est par ici ▼

Budget total : 8 815 373 euros (8 216 226 € de construction et 599 147 € de mobilier)
Subvention : 2 400 000 euros

  • 1 million d’euro par l’ARS (Agence régionale de Santé)
  • 500 000 euros par le Conseil départemental
  • 300 000 euros par la Communauté d’agglomération du Puy
  • 88 000 euros par la fondation des hôpitaux de France

« C’est la seule maison de retraite en France destinée à ce public-là »

Valérie Mourier, directrice de territoire des établissements Sainte-Marie en Haute-Loire, explique pourquoi ce bâtiment est unique en Haute-Loire et plus encore dans le pays tout entier. « Déjà, les motivations pour faire naître ce grand projet sont parties du constat que les personnes d’une soixantaine années, victimes de troubles psychiatriques avant ceux liés à l’âge, avaient très peu de possibilité d’intégrer un Ehpad classique, livre-t-elle. De ce fait et par cette particularité, c’est la seule maison de retraite en France destinée à ce public-là ».

Eliane Allirol, responsable de l’Ehpad en question, précise à son tour. « Nous accueillons des résidents avec des troubles psychiatriques mais avec une psychiatrie stabilisée. Ce lundi 4 octobre, ce sont 22 personnes qui inaugureront ainsi le premier jour d’ouverture de la maison de retraite. Il reste des places disponibles pour l’instant mais nous avons déjà près de 30 demandes en attente. L’Ehpad compte 60 places en hébergement permanent, 6 en hébergement temporaire et 3 en accueil de jour. » Les résidents et la cinquantaine de salariés évolueront dans une surface de 4 120 m².

(À gauche) Valérie Mourier, aux côtés d'Eliane Allirol. Photo par Nicolas Defay

« Nos résidents seront beaucoup plus jeunes que dans une maison de retraite classique. Ceci est dû au fait que les troubles psychiatriques accélèrent malheureusement les troubles liés à l’âge. » Valérie Mourier

L’Ehpad Marie Pia, c’est :

60 places en hébergement permanent
6 temporaires
3 en accueil de jour
Chaque chambre mesure 20m²
La surface de plancher 4 120 m²
La surface utile 2 906 m²
Prix de la chambre par jour : 60,62 euros soit environ 1 800 euros par mois

« L’idée est d’édifier un petit village avec sa place centrale et les services tout autour »

Les couloirs, l'atrium, les chambres et les espaces annexes sont actuellement dénués de décors. « Nous l’avons laissé ainsi volontairement afin que ce soit les salariés et les résidents qui l’investissent totalement selon leur sensibilité et le décorent en suivant les thématiques qu’ils ont eux-mêmes choisies en commun », confie Valérie Mourier.

Eliane Allirol ajoute : « Ils sont dans leur maison et la structure a été pensée ainsi. Nous insistons pour que ce soit eux qui reconstituent un espace de vie personnel. L’Ehpad Marie Pia possède un salon de coiffure, une pièce pour l’esthéticienne, des salons avec des livres et des télévisions. L’idée est d’édifier un petit village avec sa place centrale et les services tout autour. »

L'atrium sera la place centrale de ce petit village. Photo par Nicolas Defay

Des retraités possibles de moins de 60 ans

Pour les admissions, rares seront de l’initiative même des résidents. « Cela va en fait dépendre soit du médecin, soit d’un membre de la famille, soit d’un professionnel d’un service social, indique Valérie Mourier. On va étudier les demandes et savoir si cela correspond à notre capacité d’accueil et à nos compétences ». Comme dans toutes les maisons de retraite en France, la règle est que le demandeur doit avoir au minium 60 ans. « Il est vrai que des exceptions peuvent apparaître, admet Eliane Allirol. Nous pouvons accueillir quelqu’un de 57 ou 58 ans si la MDPH (Maisons départementales des personnes handicapées) fournit une dérogation le concernant ».

Mais au fait, c’était qui Marie Pia ?

« Mère Marie Pia (1893-1959, Ndlr) a accueilli et caché, durant la Seconde Guerre mondiale, du matériel et plus de 1 500 personnes comme des juifs et des résistants, décrit Valérie Mourier. Elle les a protégés de l’armée allemande débarquée au Puy-en-Velay en 1942. Elle lui a tenu tête avec courage et refusé de la laisser pénétrer son refuge, sauvant ainsi de très nombreuses vies. C’est pour honorer cette grande figure qu’a été Marie Pia, symbole de bienveillance, de respect et de dignité, que nous avons donné son nom à notre Ehpad ».

Sur le plancher de l'une des trois terrasses. Photo par Nicolas Defay