Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Tests PCR : un coût de 3,7M€ pour l'Assurance Maladie de Haute-Loire

Par olivier jeu 30/09/2021 - 12:00 , Mise à jour le 30/09/2021 à 12:00

Cette somme apparemment colossale a été nécessaire pour répondre aux exigences de court terme de la crise sanitaire. Les tests sont pris en charge intégralement. Différents dispositifs d'aide ont été mis en place.

" La crise sanitaire a aggravé la pauvreté de la société dans son ensemble" François Meunier, sociologue

La crise sanitaire du Covid touche à sa fin. Vient l'heure des comptes. Il est d'ores et déjà visible que crise sociale liée à l'épidémie de Covid-19 a davantage touché les plus précaires. 58% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté déclarent avoir perdu des revenus depuis le premier confinement. "La crise a accéléré la précarisation des plus fragiles", explique François Meunier, sociologue. "Il est certain que la crise sanitaire a aggravé la pauvreté de la société dans son ensemble. La dégradation est globale et on peut déplorer une généralisation de la précarité et de la pauvreté. Ainsi 20% des Français, soit un sur cinq, déclarent sauter certains repas "parfois" ou "souvent" alors qu'ils étaient 14% en 2020."

L'écart se creuse quand on évoque les difficultés financières: "63% des plus pauvres disent en subir depuis le début de la crise. Ils affirment ainsi se priver de nourriture pour leurs enfants, 54% de soins médicaux, 86% de loisirs et 85% de vêtements.

"A moyen terme, l'objectif est de déployer une gestion attentionnée pour les publics fragiles" Frédéric Brance, directeur CPAM Haute-Loire

C'est dans ce contexte général que la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de Haute-Loire, dont le nouveau directeur Frédéric Brance a pris ses fonctions début septembre, affirme que "la crise a été à la fois un accélérateur, mais surtout un révélateur de la capacité de l'Assurance à répondre aux besoins des Français." Il projette sa feuille de route des mois prochains sur trois temporalités : "Continuer de répondre aux exigences de court terme dans la gestion de crise. À moyen terme, l'objectif est également de déployer une gestion attentionnée pour les publics fragiles ou éloignés du système de soins. Le pendant de cette préoccupation des plus faibles est une intransigeance forte pour ceux qui fraudent ou abusent du système."

27 personnes sont hospitalisées pour cause de Covid-19 dans le département, dont deux en réanimation

Au sujet des actions liées à la situation sanitaire, quelques chiffres ont été rendus publics pour la Haute-Loire.
Pour ce qui concerne la situation épidémiologique : au 29 septembre 2021, 27 personnes sont hospitalisées pour cause de Covid-19 dans le département, dont deux sont en réanimation. 73,2% de la population de Haute-Loire est engagée dans le parcours vaccinal et 70,1% ont terminé. A noter que dans le département, la couverture vaccinale des femmes est légèrement supérieure à celle des hommes 74% contre 70,7%.
18 collaborateurs de la CPAM de la Haute-Loire ont été formés à l'activité de contact-tracing et restent mobilisés à ce jour.

> Voir les chiffres et graphiques Covid-19 Haute-Loire (sélectionner la Région et le département)

Quel impact financier?

La CPAM de la Haute-Loire sera exceptionnellement fermée à partir de 15h15 le jeudi 7 octobre 2021.
Tous les services de la Caisse restent accessibles, 24h/24, depuis le compte ameli, sur ameli.fr ou sur application mobile.

Les tests PCR étant pris en charge à 100% par l'Assurance Maladie, ils lui ont coûté 3 783 303€ en Haute-Loire en 2020. En ce qui concerne le financement des établissements, différents dispositifs d'aide exceptionnelle ont été mis en place (garantie de financement et avances de trésorerie notamment). En ont bénéficié les centres hospitaliers (Centre hospitalier Emile Roux, Centre hospitalier Sainte-Marie, Centre hospitalier de Brioude), la clinique Bonsecours et les établissements socio-et médico-sociaux du département.

Du côté de la lutte contre la fraude, 278 619 euros de préjudices financiers subis ont été détectés; 47 862 euros évités c'est-à-dire détectés avant le versement des prestations aux assurés et aux professionnels de santé. Par ailleurs, des premières sanctions particulièrement sévères ont déjà été prononcées dans une affaire d'attestations frauduleuses.

 

  • Arrêts maladie en hausse, accidents de travail en baisse

Concernant les indemnités journalières (IJ), on constate une forte hausse du nombre d’arrêts de travail enregistré en 2020 par rapport à 2019, notamment sous l’effet des arrêts dus au Covid-19 : + 51 % en nombre d’arrêts traités. Parallèlement et logiquement vu la baisse d'activité, le nombre d’arrêts pour accident de travail a connu une baisse importante entre 2019 et 2020.

Photo par CPAM43