Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Emploi : les cheminots CGT de la Haute-Loire en grève

Par nicolas@zoomdici.com ven 02/07/2021 - 15:30 , Mise à jour le 02/07/2021 à 15:30

La CGT Cheminots de Haute Loire s’est mobilisée par la grève ce jeudi 1er juillet 2021. D'après le syndicat, 2 500 emplois disparaissent chaque année à la SNCF. En Haute-Loire, 8 postes devraient également subir le même sort en 2021.

Les cheminots grévistes se sont rassemblés à St Georges d’Aurac Gare. "À la croisée des lignes ferroviaires de notre département (bifurcation des lignes Clermont-Ferrand – Le Puy et Clermont-Ferrand – Nîmes, Ndlr), ce lieu symbolique représente le service publique en zone rural, explique Xavier Bousset du syndicat majoritaire". Il ajoute : "A ce jour , un plan social déguisé sévit à la SNCF avec plus de 2500 suppressions d’emploi par an. Pas un mot de la direction et de notre gouvernement ! Cela se traduit, pour nous, en Haute-Loire par 8 suppressions de postes pour 2021 et d’autres à venir en 2022 !"

"Les cheminotes et cheminots de notre département ne veulent pas voir leurs lignes et guichets fermer et devoir quitter ou perdre leurs emplois". Xavier Bousset

À la veille des 150 ans de la ligne ferroviaire entre Clermont-Ferrand et Nîmes, les cheminots revendiquent l’amélioration des dessertes sur cette ligne, vision apparemment en total contradiction avec la direction de la SNCF. "Après 150 ans d’existence, l’utilité de cette ligne pour les populations du massif central et des Cévennes n’est plus à démontrer, insiste Xavier Bousset. Le retour des trains directs, de jours comme de nuits, vers Paris, l’amélioration de la desserte des trains de Fret ferroviaire répondront aux enjeux climatiques de demain".

Pour les cheminots, la SNCF détruit lentement le ciment même de sa propre structure

"Elle souhaite transformer le système ferroviaire en un ensemble de petites concessions, soumises à concurrence, décrit Xavier Bousset. La spécificité du mode ferroviaire (transport guidé sur un réseau interconnecté) n’est pas prise en compte. On essaye de libéraliser sur le modèle de ce qui a été fait dans le routier."

Le syndicat assène alors : "Cette balkanisation crée de l’inefficacité dans l’exploitation car il est plus difficile de remplir les trains. Or, l’existence de ces petits marchés dans un modèle purement concurrentiel dépend de leur rentabilité".

"Il veut aujourd’hui transférer la propriété des lignes de desserte fine du territoire aux Régions". CGT Cheminot 

Une volonté de donner d'importantes compétences...à la Région

Selon les infos partagées par la CGT Cheminots de Haute Loire, l'Etat, dont les lignes de dessertes font parties de leurs responsabilités, projetterait de les octroyer aux Régions. "Comme le train est de plus  en plus cher, l’Etat a déterminé un réseau dit « structurant », de métropole à métropole, sur lequel il accepte d’investir, indique Xavier Bousset. Mais pour le reste, il a commencé par diminuer sa contribution dans les contrats de plan État-Région. Il veut aujourd’hui transférer la propriété des lignes de desserte fine du territoire aux Régions".

Photo par DR

Diviser pour mieux générer de profits

Toujours d'après le syndicat, l'Etat chercherait à développer les profits de la SNCF en créant une myriade de PME (Petite et Moyenne Entreprise) gérée à la manière d'une multinationale. "Après avoir été éclatée en deux en 1997, puis en trois en 2014 et en cinq en 2018, le modèle recherché est désormais celui d’une multinationale de PME, assure la CGT Cheminot 43. Comme dans le transport urbain, la SNCF est appelée à créer une filiale pour chaque marché qu’elle obtient."

"C’est une manière de diviser le corps social, mais aussi de développer la profitabilité du groupe puisque chaque unité économique génère des revenus pour la holding". Xavier Bousset

Suppression d'emploi en cascade et précarité grandissante, selon le syndicat

"L'exploitation des salariés est certaine, se désole Xavier Bousset. Le blocage des négociations sur la CCN ferroviaire (Convention collective nationale de la branche ferroviaire), l’arrêt du recrutement au Statut, une politique de dumping social interne, l’externalisation massive de charges de travail...Nous courons tout droit vers une casse sociale évidente." 

"Le 18 mai dernier, la Fédération CGT des Cheminots a interpellé la direction SNCF sur le malaise grandissant au sein de notre entreprise". CGT Cheminot

Les cheminots de la Haute-Loire partagent leurs craintes concernant la dérive de l'entité publique vers un modèle de plus en plus privé. "Le groupe public SNCF continue de se transformer par mimétisme en une entreprise privée. La direction tente également de gommer les normes et les garanties sociales existantes. Elle souhaite mettre en place les préconisations du patronat de la branche ferroviaire en matière de classification et de rémunération des métiers afin d’abaisser à terme les conditions sociales".