Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Déviation RN88 : des barbelés et du sang

Par nicolas@zoomdici.com mer 24/03/2021 - 13:00 , Mise à jour le 24/03/2021 à 13:00

Sur plusieurs centaines de mètres, des barbelés ont été installés à proximité de la future déviation RN88 entre le lieu-dit La Pénide et Le Pertuis. Pris au piège sur la chaussée ainsi confinée, un chevreuil a été la 1ere victime d’une longue liste à venir selon les associations de défense de l’environnement.

Ils sont hauts de 150 centimètres, tendus solidement sur trois rangs et parfois cachés par de la rubalise. À partir de La Pénide, un lieu-dit de la commune de Saint-Hostien, des barbelés ont été installés sur des centaines de mètres en direction de la seconde commune concernée par la grande déviation du Conseil régional, le Pertuis.

« Ils avaient mis de la rubalise ou des films plastiques perforés au moment où on avait dénoncé l’absence de mesures protectrices sur les zones à sauvegarder, explique Jean-Jacques Orfeuvre de la FNE 43 (France Nature Environnement). Maintenant, ils ont doublé ces rubalises avec ces barbelés de 1m50 et en plus le long des routes dont certaines ne font pas partie du tracé de la déviation de la RN88, pourquoi ? »

Photo par J.J Orfeuvre

« Pourquoi n’ont-ils pas laissé de la simple rubalise ? Pour nous empêcher de passer, nous, les écolos ? C'est ridicule. On ne comprend pas ».

« L’arrière train du chevreuil a été totalement démoli, ses pattes arrières cassées et ses côtes détruites »

En début de cette semaine, des membres de plusieurs associations environnementales ont alors fait une macabre découverte. « Un jeune brocard (chevreuil mâle, Ndlr) a été violemment percuté par un véhicule sur cette route encerclée par ces nouveaux barbelés, décrit l’une des personnes présentes sur le lieu. L’arrière train du chevreuil a été totalement démoli, ses pattes arrières cassées et ses côtes détruites. Il devait avoir un an vu la pousse de ses bois. »

Les barbelés filant sur chaque côté de la chaussée, l’animal a été pris au piège sur la route avec l’impossibilité de s’échapper dans les près attenants, selon les associations. « Effrayé, il a dû tenter de sauter au-dessus des barbelés mais ils sont trop hauts pour ça, se désole-t-il. Pourquoi n’ont-ils pas laissé de la simple rubalise ? Pour nous empêcher de passer, nous, les écolos ? C'est ridicule. On ne comprend pas ».

Photo par J.J. Orfeuvre

« Quel est le but de tout ça ? »

Toujours d’après les défenseurs de la nature, l’installation de ces fils barbelés tenus par un piquet tous les trois mètres se révèle être un véritable danger pour un autre genre d’animal. « Pour les rapaces, les fils tendus n’existent pas, livre l’un deux. Ils ne les voient pas. Lorsqu’ils foncent sur une proie et percutent de plein fouet les barbelés, les blessures provoquées notamment sur les ailes sont en général fatales pour eux. » Il ajoute : « Leur mise en place n’a aucun sens ! Ils protègent de quoi ? N’importe qui peut très bien les franchir sans problème. Mais pas les animaux à l’instar de ce chevreuil. Quel est le but de tout ça ? »

Photo par J.J. Orfeuvre