Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Les caméras de la ville du Puy utilisées...par la préfecture

Par nicolas@zoomdici.com ven 05/03/2021 - 06:00 , Mise à jour le 05/03/2021 à 06:00

Lors du conseil municipal ponot du 26 février, les nombreux dispositifs de surveillance ont été évoqués. L'idée de la majorité municipale serait de confier cette technologie aux services de la préfecture pour "faciliter les conditions d’intervention des services de sécurité de l’État" et "d'avoir une vue globale des événements se déroulant en ville".

D'après les chiffres mentionnés par les élus de la cité ponote, le système de vidéoprotection géré par la police municipale a permis, depuis 2012, de notifier 268 réquisitions comme les vandalismes, les vols ou encore les incivilités en tout genre. S'appuyant sur ce constat, le maire Michel Chapuis et son équipe insistent pour multiplier les unités afin qu'aucune rue et ruelle du Puy-en-Velay ne soient dépourvues du regard électronique. Au dernier recensement, ce sont ainsi 105 caméras disséminées dans tous les recoins de la ville.

"C’est lourd de sens sur la société que vous envisagez Mr le maire, en tout cas ce n’est pas la nôtre dans laquelle nous considérons que les relations humaines sont fondamentales et ne sauraient être remplacées par des caméras". Laurent Johanny

"Nous avons une différence fondamentale sur ce sujet avec la majorité. Mais c’est bien la première fois dans votre bouche Mr le maire que j’entends un glissement dangereux totalement assumé : la vidéosurveillance mise en place ne servira pas seulement contre les délits et les crimes les plus graves, mais contre les incivilités du quotidien (poubelles, crottes de chien,…).

C’est lourd de sens sur la société que vous envisagez Mr le maire, en tout cas ce n’est pas la nôtre dans laquelle nous considérons que les relations humaines sont fondamentales et ne sauraient être remplacées par des caméras. Que d’argent dilapidé dans du matériel, rapidement obsolète d’ailleurs, alors que tant de choses pourraient être faites en terme de prévention, de présence sur le terrain".

Le COD ? C'est quoi ce truc ?

D'après la définition de la municipalité du Puy, "c'est un outil de gestion de crise à disposition du préfet qui l'active quand un événement majeur a lieu dans son département.

Présidé par le préfet, il rassemble l'ensemble des acteurs de la sécurité civile, la police et la gendarmerie nationales, les services de l'Etat concernés et les représentants des collectivités et administrations."

Partenariat entre la police municipale, le préfet le maire

Derrière les écrans, ce sont les agents de la police municipale qui se chargent d'agir en fonction de ce qu'ils voient. "Aujourd’hui, la Ville va plus loin avec le déport des images au centre opérationnel (COD) de la Préfecture de la Haute-Loire, livre la municipalité ponote à travers un communiqué. En cas de déclenchement de la cellule de crise, le déport d’images vers le centre opérationnel départemental de la Préfecture pourra être mis en œuvre afin de faciliter les conditions d’intervention des services de sécurité de l’État. La police municipale est alors un acteur privilégié entre le Préfet et le Maire dans la protection de la population. Elle permet de coordonner les moyens municipaux à mettre en œuvre. Ce report des caméras sera très bénéfique. Il permettra d'anticiper et d'avoir une vue globale des événements se déroulant en ville".

"Aucun enregistrement n'est possible depuis la préfecture. Il s'agit juste de visionner en direct les caméras pour avoir un visuel en temps réel sur l'ensemble des zones couvertes par la vidéoprotection". L'équipe municipale du Puy

"Seul un agent habilité de la police municipale peut l'utiliser"

"Lorsqu'il y aura des manifestations d'ampleur tels que des évènements festifs, populaires ou revendicatifs, les images seront transférées aux services de la préfecture, partage Michel Chapuis. C'est un moyen de sécurité supplémentaires".

Comment ça marche ? En cas de déclenchement de la cellule de crise, un report de la visualisation des caméras de vidéoprotection de la Ville du Puy-en-Velay sera mis en œuvre à la salle opérationnelle en préfecture. "Ce report des images s'effectuera uniquement si la police municipale est mobilisée pour rejoindre la cellule de crise, précise la mairie. Un poste informatique, propriété de la Ville du Puy-en-Velay, est dédié uniquement à la vidéoprotection de la ville. Seul un agent habilité de la police municipale peut l'utiliser".

"Nous ne parlons plus simplement de sécurité des Ponots mais aussi de leur droit à une vie privée. Quelle sera la prochaine marche ? La reconnaissance faciale ?" Fabien Surrel

"Nous assistons toujours à plus de moyens déployés dans la vidéo surveillance. Cela pose des questions d’éthique et d’autant plus que l’on voit que ces informations sont maintenant partagées avec d’autres administrations. Récemment des hôpitaux, des chaînes de tv, des particuliers ont été hackés, piratés, ce n’est plus un simple fait divers mais bien quelque chose qui devient une affaire d’état puisque le président de la république a annoncé un plan d’1 milliard d’Euros pour lutter contre ce fléau.

Nous ne parlons plus simplement de sécurité des Ponots mais aussi de leur droit à une vie privée. Quelle sera la prochaine marche ? La reconnaissance faciale ? Tout ceci prend des proportions bien trop grandes à notre avis et encore une fois investissons dans l’humain, donnons les moyens à la prévention autant que dans la vidéo et évaluons les effets… on ne peut pas voir la sécurité que par le prisme de la répression".

"Le COD peut être activé en cas de grandes manifestations"

Pour l'équipe de la mairie du Puy, "cette utilisation depuis le COD est une aide à la décision dans le domaine de la protection des populations lors d'événements. Le COD peut être activé en cas de grandes manifestations nécessitant la présence en salle de tous les acteurs de la sécurité, Police nationale ou municipale, Gendarmerie, Sapeurs-pompiers. Il est également activé en cas de catastrophes naturelles ou autres éventements mettant en danger la population".