Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

« Je sais qu’il faut protéger l’environnement et j’y suis attachée mais la priorité c’est l’emploi »

Par annabel@zoomdici.com mar 26/01/2021 - 07:17 , Mise à jour le 26/01/2021 à 07:17

Pour la députée du Puy - Yssingeaux Isabelle Valentin, la lutte contre l’artificialisation des sols ne doit pas empêcher les entreprises de bâtir de nouveaux sites industriels et ainsi créer de l’emploi. Elle dénonce l’impasse actuelle qui règne sur l’Est de la Haute-Loire.

Ce vendredi 22 janvier 2021, les quatre parlementaires de Haute-Loire ont présenté leurs vœux à la population via la presse locale. Isabelle Valentin, député LR du Puy – Yssingeaux, Jean-Pierre Vigier, député LR du Puy – Brioude, Olivier Cigolotti, sénateur centriste de la Haute-Loire et Laurent Duplomb, sénateur LR de la Haute-Loire se sont exprimés chacun une quinzaine de minutes. Chacun fera l’objet d’un article sur Zoomdici.fr, en commençant par Isabelle Valentin.

La députée yssingelaise a dressé ses quatre objectifs pour 2021.

Tout d’abord, que les plus fragiles puissent se faire vacciner rapidement contre le Covid s’ils le souhaitent. En cela, elle salue l’efficacité des élus de proximité. « Le maire d’Yssingeaux a proposé la base de données du CCAS [Centre communal d’action sociale, Ndrl] et en trois jours, les plus de 75 ans de la commune étaient recensés, un très bel exemple de décentralisation : on n’a pas attendu que l’ARS [Agence régionale de santé, Ndlr] nous donne des consignes, sinon on serait encore loin du compte ! »

« Les soignants ont été beaucoup remerciés pendant le premier confinement mais pas assez aujourd’hui alors je tiens à les remercier ». Isabelle Valentin

Dépasser les fossés invisibles

« De cette année de crise je retiendrai la force et la réactivité des initiatives locales, souligne Isabelle Valentin. Notre système de santé est à bout de souffle et pourtant, les hôpitaux ont su travailler avec la médecine de ville et avec le secteur privé, y compris avec nos industriels pour fabriquer des surblouses, des visières et des masques, chose impensable avant ! » Et de saluer le travail commun avec les deux préfets de cette crise, Nicolas De Maistre et aujourd’hui Éric Etienne.

Deuxième objectif : préserver l’emploi dans les territoires. « Or, avec les lois Grenelle I et II sur la lutte contre l’artificialisation des sols et de l’urbanisation il ne reste plus aucun terrain à proposer aux entreprises qui voudraient construire des locaux sur l’Est du département ! », dénonce-t-elle en craignant de voir ces entreprises s’installer ailleurs. Et de citer les zones artisanales ou industrielles de Sainte-Sigolène, Monistrol-sur-Loire, Saint-Pal de Mons, Saint-Romain Lachalm où les terrains à bâtir sont quasi inexistants. « C’est la même chose à Tence où on craint en plus une fermeture de classe, illustre l’élue, c’est pour moi une vraie inquiétude. » La représentante du peuple a donc écrit au Gouvernement en ce sens : « Je sais qu’il faut protéger l’environnement et j’y suis attachée mais la priorité c’est l’emploi ».

De là découle son troisième objectif : la cohésion sociale. « Avant la crise, on comptait trois millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, aujourd’hui elles sont six millions et d’ici trois mois elles pourraient être neuf millions », s’inquiète Isabelle Valentin qui souligne que chacun peut être concerné un jour après un accident de la vie. « On reçoit des gens dans nos permanences qui sont à bout », confie-t-elle avec une pensée particulière pour les restaurateurs sans aides et les patrons de petites entreprises.

« Même pendant les crises il faut avoir des projets, y compris parmi les particuliers, d’ailleurs ils ont été nombreux à se lancer dans des travaux pour améliorer leur habitat après le premier confinement, c’est un secteur qui se porte bien ». Isabelle Valentin. 

Quatrième objectif : revoir la politique familiale de la France face à la baisse de la natalité. « Je travaille dessus depuis six mois et je vais continuer à le faire cette année », annonce la députée car selon elle « la France n’a pas de politique familiale depuis des années, même sous le quinquennat Hollande ».