Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Oubliés et pourtant indispensables : zoom sur la crèche de l'hôpital ponot

mar 07/04/2020 - 01:21 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:04

Tous les soirs, à 20 heures, des millions de mains se mêlent entre elles dans une symphonie d'applaudissements pour soutenir les médecins et les infirmiers de France. Certains tapent sur des casseroles, d'autres grattent sur leur guitare, tous les regards et les cœurs tournés vers un même horizon : celui de ces soldats en blouse blanche qui ne cessent quotidiennement de contenir la vague de la pandémie dans tous les hôpitaux du pays. Mais derrière cette machine, si rutilante soit-elle, d'innombrables rouages tournent dans l'ombre, infatigables et sans bruit, pour que tout se passe bien, pour que tous ces applaudissements continuent à vibrer dans l'air et ébranler le monstre. Parmi ceux-là, les seize employés de la crèche des Patios du Velay qui prend justement en charge les enfants des soldats en blouse blanche de l'hôpital Emile Roux du Puy-en-Velay.

"Aucun d'entre eux n'a délaissé son poste malgré le risque"
C'est par la voix de Nathalie Couret, directrice des Patios du Velay, que l'ensemble du personnel de la crèche exprime ses sentiments dans ce contexte de confinement. "Nous travaillons de 6 heures à 20 heures pour accueillir une quinzaine d'enfants tous les jours. Les seize employés, en blouse et masqués, œuvrent de toute leur énergie pour que les enfants évoluent dans un espace le plus sécurisé possible. Si le personnel a peur d'être contaminé à chaque minute, aucun d'entre eux n'a délaissé son poste malgré le risque. Ceci, pour que les médecins, les infirmières, les aides-soignants, les secrétaires médicales, les agents des services hospitaliers, ou encore les brancardiers puissent s'occuper librement des personnes contaminées ou suspectées de l'être".

Une liste prioritaire à respecter
En temps normal, la crèche d'Emile-Roux ouvre non seulement ses portes aux enfants du personnel de l'hôpital mais également à d'autres têtes blondes extérieures à l'établissement hospitalier. Ils sont ainsi près de quarante à venir se dépenser tous les jours de la semaine entre les murs tout neufs des Patios du Velay. Depuis le confinement, Nathalie Couret ne doit proposer les services de la crèche qu'aux parents appartenant à une liste prioritaire. "Il y a bien sûr les enfants des médecins et des autres professions soignantes mais aussi ceux des pharmaciens, des sages-femmes, de l'ARS (Agence Régionale de Santé, Ndlr), de la préfecture, du personnel des Ehpad, des services d'aide à domicile, de la protection de l'enfance et des biologistes".

----Les assistantes maternelles et les centres de loisirs continuent aussi d'accueillir les enfants des parents qui pratiquent l’une des professions dérogeant à la règle du confinement (si l’un des parents télétravaille, les enfants doivent être gardés à la maison).-----Sans eux, c'est toute la machine qui se grippe
"Les parents qui confient leurs enfants pour la première fois chez nous sont parfois inquiets car ils ne peuvent entrer dans la crèche à cause des mesures de sécurité sanitaire, partage Nathalie Couret. Nous accueillons alors leurs enfants dans un sas, devant l'accueil. Heureusement, malgré notre attirail de protection, les enfants s'adaptent bien. Si, avant le confinement, nous faisions rencontrer les patients de l'Ehpad d'Emile-Roux avec les enfants de la crèche, nous maintenons encore ce lien avec des dessins que nous remettons aux personnels de la maison de retraite." Alors, si les soldats en blouse blanche s'activent incessamment aux chevets des malades, s'ils ont les bras libres et l'esprit concentré sur leurs tâches, c'est grâce à ces autres soldats, moins exposés, moins médiatisés, mais juste indispensables.