Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Entre sérénité et poursuite des activités essentielles, le message du Département

ven 20/03/2020 - 13:54 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:04

Depuis le confinement pour quinze jours minimum, annoncé ce lundi 16 mars 2020 sur tout le territoire national, le Département de la Haute-Loire a renforcé les mesures prises dans le but d’assurer une continuité du service public, « tout en veillant à la protection des agents départementaux et des publics accueillis ». En fonction de l’évolution du cadre réglementaire, ces mesures seront adaptées. C’est surtout pour transmettre un message de sérénité que Jean-Pierre Marcon s’adresse aux Altiligériens, via les média, ce vendredi 20 mars 2020. Le président du Conseil départemental de la Haute-Loire apparente son intervention « presque à du soutien psychologique » car il s’attend à des répercutions énormes de cet ordre-là au sein de la population en cette période décrite comme une guerre par le chef de l’Etat.
Aux côtés des personnels des maisons de retraite Il veut rassurer notamment les familles des personnes âgées accueillies en maison de retraite, où les visites sont interdites depuis neuf jours. Interrogé sur la possibilité que certains pensionnaires se laissent dépérir face à cet isolement, il dit ne pas avoir eu de telles remontées. « Beaucoup de pensionnaires ne se rendent pas compte de la situation et ne réclament pas leurs familles », assure-t-il. Quant à ces familles qui ont fait sortir leurs aînés de leur établissement pour les garder à la maison, Jean-Pierre Marcon estime que c’est « une grosse bêtise » car cela met en danger la vie de ces anciens, même s’il respecte la liberté des familles.
Plus que pour les pensionnaires, c’est pour les personnels des maisons de retraite que le président de la collectivité s’inquiète. Des cuisiniers de cantines scolaires en EHPAD à Beauzac Le Département se met donc à la disposition des établissements d’Hébergement des Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) et autres établissements et services médicosociaux pour répondre à toutes les éventuelles difficultés de fonctionnement qu’ils pourraient rencontrer. Il a ainsi déjà pu indiquer les coordonnées de professionnels qualifiés susceptibles d’assurer la continuité du service de restauration d’un EHPAD, à partir de ses contacts habituellement sollicités pour les restaurants scolaires des collèges. Ce pool de cuisiniers remplaçants a d’ailleurs déjà été mobilisé dans un EHPAD de Beauzac. Les personnes handicapées isolées suivies
L'accueil physique est suspendu à la Maison Départementale des Personnes en situation de Handicap (MPDH). Un accueil téléphonique renforcé est mis en place et un suivi à distance des demandes est assuré (par téléphone ou messagerie électronique), afin de garantir la continuité de réponse aux besoins des personnes handicapées. Les modalités de fonctionnement de la Commission des Droits et de l’Autonomie seront adaptées à la situation. En accord avec l’ARS (Agence régionale de santé), la MDPH contribue au repérage des personnes handicapées isolées pour lesquelles est organisé un service de vigilance coordonnée et, au besoin, d’intervention d’urgence. Cela n’a pas encore été nécessaire à ce jour.  Quant aux besoins de « prendre l’air » de ces personnes, pour l’instant les préconisations de l’ARS prévoient le maintien absolu à domicile. « Mais s’il fallait leur faire prendre l’air, on s’organiserait avec la MPDH », envisage Jean-Pierre Marcon. Sachant qu'une distance d'1,50m est censée être maintenue entre les personnes ; tâche difficile donc. Les centres médicosociaux à l'écoute Un accueil physique est maintenu dans les trois principaux centre-sociaux pour les situations urgentes. Les permanences sans rendez-vous ainsi que les visites à domicile sont suspendues. L'accueil téléphonique est assuré. Des rendez-vous pourront toutefois se tenir pour les situations d’urgence. Ces mesures s’appliquent aussi pour le service de Protection Maternelle et Infantile (PMI) et pour la Protection de l’Enfance.

> Lire aussi : Encore moins d'autocars à partir de lundi

Dans les collèges publics, très peu d’enfants des personnels réquisitionnés en « garderie » « En accord avec la Directrice académique des services de l’Éducation nationale de la Haute-Loire, et avec les principaux des collèges, l’accueil des enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire est assuré dans les collèges, dans les meilleures conditions possibles, conformément aux directives du ministère des Solidarités et de la Santé », précise le Département. A ce jour, seul le collège de Saint-Didier-en-Velay est retenu pour l'organisation d'un tel accueil, en journée. Et cela suffit apparemment. « Seule une petite dizaine d’élèves sont accueillis, en provenance d’un secteur légèrement élargi autour de Saint-Didier, détaille Jean-Pierre Marcon, mais j’ai été surpris de voir que la grande majorité des familles a pu s’organiser : c’est le conjoint non réquisitionné qui garde les enfants ». Et puis s’il faut aider les écoles primaires sur ce point, le Département proposera son aide.
De leurs côtés, les agents départementaux des collèges sont, sauf obligation de garde d’enfant ou contre-indication médicale, mobilisés dans le cadre de la continuité du service public. Deux cas de figure se présentent. Pour les établissements accueillant des enfants de personnels soignants, il a été défini une fréquence de nettoyage du périmètre utilisé pour cet accueil (dont sanitaires et circulations...) à hauteur de trois demi-journées par semaine, assuré par une équipe de deux agents. Pour les établissements n'accueillant pas d'enfants mais des personnels enseignants ou administratifs, la fréquence de nettoyage est adaptée à une demi-journée par semaine avec une équipe de deux agents. En interne, le télétravail se met en place massivement Une centaine d'agents du Département sont concernés par une mesure de retrait pour motif médical. Parallèlement, près de 120 agents du Département (contre moins d'une dizaine il y a une semaine) sont équipés pour exercer l'intégralité de leurs missions en télétravail, « ce qui a constitué un effort considérable de la part de notre collectivité », assure le Conseil départemental. Dans la perspective de la continuité du service, chaque agent territorial, sauf mesure de retrait validée par le médecin du travail du fait d’un risque sanitaire spécifique, pourra être rappelé pour assurer la continuité des services départementaux dans le cadre du service minimum. L'Hôtel du Département est fermé depuis ce mardi 17 mars à 12 heures, et ce jusqu'à nouvel ordre. L’organisation et l’accueil de manifestations publiques à l’Hôtel du Département sont suspendus (les manifestations programmées sont annulées). Les agents pompiers volontaires toujours mobilisables 32 sapeurs-pompiers volontaires travaillent au Conseil départemental de la Haute-Loire. Si ceux-ci ne sont pas mobilisés dans leur activité professionnelle dans le cadre du maintien de la continuité de service ou s'ils ont des disponibilités, ils sont autorisés à venir en appui du Service d'incendie et de secours (SDIS43).  Le tourisme à l’arrêt La Maison Départementale du Tourisme (MDDT) assure une continuité de service grâce au télétravail et les équipes sont joignables par téléphone ou mail pour tous les prestataires touristiques qui le souhaitent. Parmi les domaines départementaux à vocation touristique et culturelle, l’auberge et les gîtes du domaine du Sauvage sont fermés jusqu’à nouvel ordre ; la réouverture du château de Chavaniac, prévue le 1er avril, est reportée ultérieurement, et les expositions organisées par le Département à l’occasion des Journées Européennes des Métiers d’Arts, qui devaient s’y tenir du 3 au 5 avril, ont été annulées. Les archives départementales et la bibliothèque départementale sont fermées au public. Santé animale, hygiène alimentaire et hydrologie Les activités essentielles du laboratoire Terana sont maintenues : santé animale, hygiène alimentaire et hydrologie. « Même si nos laboratoires sont dans l’obligation de fermer leur accueil au public, les contacts avec les clients seront assurés par téléphone ou par email », assure le Conseil départemental.
Sur les routes départementales : les chantiers suspendus Les chantiers routiers sont suspendus par précaution sanitaire pour les intervenants. La veille qualifiée et les interventions d'urgence continuent à garantir la sécurité du réseau routier départemental en cas de besoin impérieux de se déplacer.

La Commission d’appel d’offres se dématérialise La Commission d'appel d'offres du Département doit continuer à se tenir aux dates et heures prévues, mais en téléconférence, selon une possibilité ménagée par la réglementation en vigueur : sur les consultations en cours, la décision d'attribution des marchés en cause ne devrait prendre aucun retard, malgré le contexte actuel. De plus, les services financiers se sont organisés pour effectuer tous les paiements notamment ceux relatifs aux travaux très rapidement afin qu’aucune entreprise ne soit pénalisée.  "Il ne faut pas que toutes les entreprises s’arrêtent" Bref, le message essentiel de Jean-Pierre Marcon, ce vendredi, est celui de la poursuite d’activité pour les entreprises qui peuvent apporter leur pierre à l’édifice : « Je pense aux transporteurs routiers, aux transformateurs de produits agricoles, à ceux qui peuvent produire des masques, etc. Il ne faut pas que toutes les entreprises s’arrêtent net, même s’il faut travailler autrement en respectant les distances de sécurité bien sûr ». Annabel Walker