Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Le Puy : la vogue rassemble-t-elle toujours autant ?

dim 20/10/2019 - 03:55 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:59

La place du Breuil s’illumine et s’agite à nouveau pour la vogue du Puy-en-Velay. Une trentaine de forains sont présents pour cette édition 2019. On retrouve encore les manèges de toujours, comme la chenille, la piste du sud ou encore le Palais du rire. Mais cette année, trois petits nouveaux sont de la partie : le « Gravity rush » et le « Techno power », deux manèges à sensation, ainsi que le Palais du rire version pirates. Les gourmands ne sont pas non plus délaissés, il reste le stand des croustillons, qui attire toujours autant de monde jusqu’à parfois créer une file d’attente de plusieurs dizaines de mètres.

« Le risque zéro n'existe pas »
C’était il y a une semaine, à la vogue des noix de Firminy, que deux personnes ont été éjectées du manège dans lequel elles se trouvaient. Une femme de 20 ans a alors été retrouvée grièvement blessée tandis que les pompiers n’ont rien pu faire pour ramener à la vie la deuxième jeune femme qui, elle, avait 24 ans. C’est donc dans ce climat de peur que la vogue du Puy a commencé. Nous avons donc demandé aux visiteurs présents sur place s'ils comptaient éviter ou non les manèges à sensation de la fête foraine. Mais sur les personnes interrogées, la réponse a été unanime : non. « Je pense que cela n’a aucun impact, dans le sens où l’erreur est humaine. Et puis c’est quand même très rare quand ce genre d’accident arrive. Sur le moment ça refroidit, mais après coup ça n’empêche pas d’en refaire », lance Kevin, la trentaine, d'Espaly-Saint-Marcel. Delphine, 45 ans, est du même avis : « le risque zéro n’existe pas, moi j’adore les manèges et ça ne m’empêchera pas d’en refaire. Sur le moment on y pense, mais bon, il faut prendre des risques ». Le constat est le même pour Ryan, 18 ans : « Je ne m’arrêterai pas de faire des manèges pour ça, je comprends que ça puisse bloquer certaines personnes, mais c’est comme ça, ça arrive ».

----Mercredi 6 novembre sera journée demi-tarif pour tous.
La fête foraine du Puy se poursuit jusqu’au 11 novembre.-----« Ça ne dure qu'un mois, autant en profiter »
Véritable centre d’attention de la ville pendant un mois, la vogue rassemble, que ce soit en famille ou entre amis : Myriam, 36 ans, vient dès qu’elle peut avec son fils de 12 ans : « du moment où il s’amuse, j’y retourne dès que je peux, ça ne dure qu’un mois donc autant en profiter ! ». Mathias, 16 ans, et lui venu avec ses amis, une habitude qu’il a prise depuis deux ans : « On vient surtout pour faire les gros manèges, mais aussi pour faire le jeu où il faut mettre des pièces pour que ça fasse tomber des cadeaux, même si on ne gagne pas souvent... ». Et pour Catherine, 51 ans, c’est au stand de croustillons que ça se passe : « en sortant du boulot, j’ai pris l’habitude de venir chercher mes 6 croustillons, c’est la seule période de l’année où je me permets de manger des pâtisseries ! » s’exclame-t-elle.

F.R.