Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Rallye et sécurité : quel avenir ?

dim 15/09/2019 - 01:26 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:58

Un premier décès s'est produit le 15 juin dernier, lorsqu'une jeune femme de 23 ans, copilote, s'est tuée dans un accident de voiture entre Goudet et Salette sur le rallye de la Haute-Vallée de la Loire. Après être tombée dans un ravin et avoir percuté un arbre, elle est morte sur le coup et le rallye a été annulé. Mais un peu plus de deux mois plus tard, un deuxième décès est survenu au rallye Velay Auvergne, un commissaire de course cette fois-ci. Il pleuvait à flots lors de la course et une voiture a glissée au fossé. Le commissaire de course a donc agité le drapeau rouge, quand le pilote suivant a soudain perdu le contrôle de son véhicule et a violemment percuté l'homme de 60 ans. Suite à ça, le préfet est monté au créneau en déclarant souhaiter prendre contact avec la Fédération française de sport automobile et ses représentants départementaux, pour parler mesures de sécurité : "Il ne s'agit pas d'interdire mais de comprendre collectivement [...] savoir si c'est vraiment la fatalité ou s'il n'y a pas des dispositions à prendre pour améliorer encore la sécurité". Nous avons donc posé la question à Christian Chalindard, président du Comité départemental de sport automobile de Haute-Loire.

« Il n’y aura pas de normes de sécurité plus importantes »
« J’ai vu que le préfet avait l’intention de contacter la Fédération française de sports automobiles, elle va lui répondre qu’ils sont dans les normes de sécurité. En ce qui nous concerne, il n’y aura pas de normes de sécurité plus importantes », affirme Christian Chalindard qui poursuit : « les deux accidents sont des faits de course et le commissaire était dans l’exercice de ses fonctions. Si quelqu’un du public avait été touché, on aurait sans doute revu les normes de sécurité, mais là, ce n’est pas le cas ». Il n’y a donc pas eu de réforme sécuritaire sur ce rallye du Haut-Lignon. « Après bien sûr, on a quand même fait de la prévention à la centaine de commissaires présents sur les spéciales et aux pilotes, et puis on est très à cheval sur la sécurité du public ». Au total dans l’histoire des rallyes sur le département, quatre personnes sont mortes, et aucun membre du public n’a été victime d’accident.

Les spectateurs partagés
Les avis des spectateurs du rallye sont quant à eux mitigés. Il y a des puristes comme Philippe, du Puy-en-Velay : « C'est toujours quelque chose de terrible ces accidents, mais bon ça fait partie du jeu, est-ce qu'on peut dire qu'il y aurait autant d'engouement autour des courses automobiles s'il n'y avait cette part de risque ? », interroge-t-il. Tandis que d'un autre côté, il y a des personnes favorables à une sécurité beaucoup plus poussée, comme sa compagne, Magalie : « je pense quand même que ça reste un sport, des accidents comme ceux-là, on ne devrait pas en voir, et surtout pas deux en si peu de temps », affirme-t-elle.

F.R.