Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Tous

Aiguilhe

Acte VIII des Gilets jaunes au Puy : toujours présents

sam 05/01/2019 - 10:42 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:55

Un mouvement qui divise.
Il suffit de relire les commentaires postés par nos internautes pour comprendre que ce mouvement divise encore : certains sont lassés par comme l'internaute  "T" : "Ce mouvement lasse, ne sert qu'à ruiner les commerces et la vie économique. [...] Il y aura toujours des gens en état de frustration, rien ne peut apaiser des personnes qui par nature construisent leur propre misère matérielle." ou encore "D" : "Qui sommes nous ceux qui dénigrent les gilets jaunes? Tout simplement des français respectueux de la démocratie , légalistes, qui paient leurs impôts , qui votent, qui travaillent... Alors fondez un parti, présentez-vous aux élections et on vous verra différemment. Pour l'instant, vous êtes des irresponsables irrespectueux et pour certains dangereux...et je ne suis pas un bobo avec un matelas à la banque. Le pouvoir se prend dans les urnes pas dans la rue. Et arrêtez de rappeler 1789".
Pour d'autres comme "R" il faut continuer et obtenir le RIC (Référendum d'initiative citoyenne): " [...] Tout est sélectionné par le FRIC ! Pas de représentant du Petit Peuple à l'Assemblée Nationale Bémol : malheureusement une partie du Peuple ne vote pas ! Mathématiquement si le Peuple du Bas votait et correctement, il serait majoritaire à l'Assemblée! IL FAUT OBLIGER LES CITOYENS A VOTER." c'est donc certain, pour ces derniers : il faut continuer avec le soutien d'internautes, pas forcément impliqués comme Marion : "Allez soyez unis les gilets jaunes ! Ensembles vous serez plus fort !".

"Nouvelle année, nouveau départ, rejoignez-nous pour la victoire".
Slogan inscrit sur le tract distribué pour mobiliser davantage de personnes. "On est encore là, on est encore là, on est, on est, on est encore là". Peut-on entendre dans la manifestation.
Un chant qui montre la détermination des gilets jaunes à se faire entendre. Et en effet, ils étaient encore là ce samedi 5 Janvier 2019, rassemblés dès 9h30 du matin sur le parking poids lourds d'Aiguilhe. Peu après avoir quitté le parking, point de ralliement désormais traditionnel des Gilets jaunes, ils étaient environ 400 (à 10h30 ce matin), avec, en tête du cortège une dizaine de tracteurs et une douzaine de motards. Direction le coeur de ville, en passant par le Boulevard Maréchal Joffre puis la rue du Faubourg Saint-Jean, le tout encadré non pas par les forces de l'ordre mais par les Gilets Jaunes eux-mêmes.
Ce sont les motards des Gilets Jaunes qui ont ouvert la manifestation, au niveau du Boulevard Maréchal Joffre, il ont également eux-mêmes fait la circulation, et encadré le mouvement. 
Une "Marianne" Bleu/Blanc/Rouge triste en effigie. 
C'est ce samedi 5 janvier, par -2° sous un ciel sombre que nous avons pu voir défiler les manifestants. La plupart portaient des pancartes réclamant la mise en place d'un référendum d'initiative citoyenne (RIC), "pour faire entendre la voix du peuple", d'autre "Macron démission", mais aussi une Marianne, la larme à l'oeil, peinte en Bleu/Blanc/Rouge. 
A midi, près d'un millier de personnes devant la Préfecture sous le regard des CRS.
Et ce, toujours dans une ambiance bon enfant encadrée désormais non plus par les Gilets Jaunes seuls mais par l'oeil attentif des CRS. Toujours groupés, ils ont chanté mais jamais à la gloire d'Emmanuel Macron dont ils réclament encore la démission. Le mouvement a pris de l'ampleur et les manifestants se sont joints petit à petit au cortège de départ et sont venus renforcer le mouvement : un peu moins d'un millier de personnes ont établi un arrêt devant la Préfecture de Haute-Loire.

A.M.