Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

La préfecture de la Haute-Loire en feu

sam 01/12/2018 - 21:51 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:55

Les premières cartouches lacrymogènes débordent sur la patinoire. Le mouvement des Gilets Jaunes a évolué d'un mouvement pacifiste, apaisé, à un mouvement musclé où les manifestants ont commencé à s'attaquer à la préfecture. Puis petit à petit des casseurs se sont infiltrés et le mouvement a commencé à déraper. En réponse, les gendarmes ont fait usage de cartouches lacrymogènes et ont même touché le marché de noël et la patinoire.

17h30 Les tirs de cartouches en masse Attaques des casseurs sur les portes adjacentes de la préfecture : des portes sont forcées, ou "trouées" par les coups de pieds, ou les divers objets utilisés comme des exctincteurs, des barres de fer issues des barrières, des morceaux de parking, de pavés de la fontaine ... Vers 17h30 les tirs se sont multipliés pour déloger un maximum de manifestants. Impossible de rester sur place, les gazs créant une épaisse fumée irrespirable. Les cartouches explosaient au sol aux pieds des Gilets Jaunes. 
18h30 Certaines parties de la place du Breuil sont incendiées Des volets à gauche, puis à droite des grilles de la préfecture ont été vandalisés, puis des projectiles sont venus embraser les volets des fenêtres. Le feu principal, feu de devant des grilles, quant à lui n'a jamais cessé de brûler. 
20h00 La préfecture s'embrase. Peu après l'embrasement du volet de droite, nous avons pu entendre l'alarme incendie retentir. Puis le feu s'est propagé et l'on a vu sortir des flammes des fenêtres côté jardin Henri Vinay. Puis les flammes sont devenues de plus en plus hautes avant que l'on voit la vitre de gauche, côté cour, elle aussi vomir des flammes gigantesque. Puis viennent les fumées, grises puis noires. Nous pouvons supposer que les pompiers sont intervenus par les jardins car le feu a été maîtrisé rapidement.

D'un mouvement pacifique à la flambée de violence
La préfecture explique le déroulé des faits ce samedi :
"La manifestation des gilets jaunes du 1er décembre a démarré dès le matin avec des manifestants qui se sont regroupés dès 9 h place du Breuil. La CGT qui avait aussi appelé à manifester s'est regroupée vers 10h30 devant la préfecture. Ils ont quitté les lieux à 12h30.
Ensuite par petits groupes, des premières attaques contre les grilles de la préfecture se sont enchaînées, de manière de plus en plus violentes et incontrôlées. Avec du mobilier urbain, des gilets jaunes ont réussi à forcer la serrure, et 150 gilets jaunes se sont engouffrés dans la cour d'honneur de la préfecture. Un tracteur a amené des pneus que des manifestants ont introduit dans l'enceinte.
Par souci de sécurité, le préfet a ordonné l'évacuation de la cour d'honneur. Cette opération a été menée conjointement par les policiers et les gendarmes. Des forces de l'ordre ont tenu cette position tout l'après-midi, sous les jets de projectiles (y compris produits inflammades), les coups, les insultes et les menaces de mort. Comme le préfet s'y était engagé en début d'après-midi, il a reçu une délégation de gilets jaunes, issus des principaux rassemblements de Haute-Loire.
"