Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Logement social : Face au préfet, Saint-Germain-Laprade prouve sa bonne volonté

lun 24/09/2018 - 18:44 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:54

Pour comprendre le pourquoi de cette visite, il faut remonter dans le temps jusqu'au lundi 10 septembre 2018. Lors de sa conférence de presse de rentrée, Yves Rousset, préfet de la Haute-Loire, abordait le sujet des logements sociaux dans le cadre de l'article 55 de la loi SRU (loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains), citant Saint-Germain-Laprade. La commune, pourtant soumise à la loi SRU, ne dépasse pas les 5% de logements sociaux. 
"L'agglo doit revoir sa copie en matière de politique de transport"
Au lendemain de cette conférence, la rédaction de Zoomdici.fr avait rencontré André Cornu, le maire de Saint-Germain-Laprade qui avait expliqué le contexte de cette commune parsemée d'une quinzaine de hameaux, qui s'étend sur 14 kilomètres. A ce jour donc, la commune qui comprend 1 500 foyers, accueille 70 logements sociaux, essentiellement concentrés dans le bourg, autour de la place de l'Europe, dont six d'entre eux ont été inaugurés il y a un an et demi. Pour atteindre l'objectif des 20% fixé par l'article 55 de la loi SRU, il en faudrait 156 de plus.

Mais le problème, et le préfet de la Haute-Loire l'a bien identifié lors de sa visite ; c'est de savoir où mettre ces logements sociaux ? Dans le bourg ? Ce dernier atteindrait alors les 50% de logements sociaux. "Il faut envisager un équilibre", insiste Yves Rousset. Dans les hameaux alors ? Des hameaux que l'ensemble des élus municipaux de Saint-Germain-Laprade présents ce lundi, qualifient volontiers d'isolés, la faute entre autres à un service de transport trop limité. "Monsieur le Préfet a rappelé que nous ne pouvions faire ces investissements sans concertation avec la communauté d’agglomération qui doit revoir sa copie en matière de politique de transport avec des dessertes plus importantes, plus de bus. A ces conditions-là, on pourrait envisager des logements conventionnés (sociaux, Ndlr), dans les hameaux", a précisé André Cornu.

Pour l'heure, bloquée par une topographie complexe, la commune souhaite tout de même réaliser 75 logements sociaux ou conventionnés, d'ici 2020. Une preuve de bonne volonté appréciée par le préfet. "Ce texte doit être appliqué avec détermination mais également avec discernement. Pour nous, ce qui importe, c’est le chemin que vous allez prendre pour montrer que votre volonté est bien d’être dans les clous de la loi." L'Etat et la commune vont donc dans les mois à venir, fixer sur le papier les objectifs à atteindre en prenant en compte la notion de diversité : Ehpad, logements étudiants, logements pour les personnes en situation de grande précarité etc. Une diversité déjà en projet à Saint-Germain-Laprade grâce à la réalisation d'un éco quartier.
Un projet d'éco quartier
Saint-Germain-Laprade est l'une des rares communes du bassin du Puy à posséder encore des réserves foncières, "environ 25 hectares dont 12 dans le bourg", précise le maire qui a fait part au préfet du projet d'éco quartier et la cinquantaine de logements qui vont pousser sur un terrain de deux hectares situé non loin du centre du bourg. Le Foyer Vellave se serait déjà manifesté pour faire des logements collectifs, des logements individuels ainsi que des logements sociaux. Ce projet devrait être confié à la société SPL du Velay, la mairie n'ayant pas les compétences techniques nécessaires pour sa réalisation.
Stéphanie Marin