Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Tourisme : les clefs des succès, les pourquoi des couacs

lun 23/10/2017 - 16:58 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:48

Plus de 6 000 nuitées rien que pour la venue du Tour de France, 250 000 visiteurs pour venir admirer les monuments du Puy s’illuminer la nuit, un taux d'occupation moyen de 67 % en Haute-Loire, un record de fréquentation au festival de la Chaise-Dieu avec un taux de remplissage moyen de 92 %), idem à Saugues pour la musique celte avec notamment Matmatah et encore un record de fréquentation aux Nuits de Saint-Jacques avec Slimane et Soprano...
Ajoutez à celà des incontournables comme le Roi de l'Oiseau, des fréquentations en hausse de 8 à 20 % observées au niveau de tous les monuments, tout comme à l'office de tourisme du Puy (plus de 80 000 personnes accueillies), sans oublier, pour les restaurateurs ponots, une augmentation de leur chiffre d’affaire de l’ordre de 20 %, des commerçants et artisans aux anges rue des Arts, et vous obtenez un succès a priori incontestable qui permet notamment à la cité vellave d'affirmer son leadership et d'être parmi les 25 sites emblématiques d’Auvergne-Rhône-Alpes.

  • Avant de s'attarder sur les bémols et de s'intéresser aux points noirs de cette saison, Zoomdici cherche des explications à la réussite touristique du cru 2017.

L'événementiel proposé cette année aura-t-il des retombées dans le temps ? 
parmi les principales clefs du succès touristiques de 2017, on souligne d'emblée l'importante offre événementielle proposée. Si les illuminations du Puy ont vocation à s'étendre, d'autres animations, comme la venue pendant trois jours du Tour de France, ne devraient pas se reproduire de sitôt. Pourtant, l'objectif était bien les retombées à long terme nous expliquaient les professionnels du tourisme lors de l'annonce de la venue de la Grande Boucle.
Jean-Pierre Marcon est le Président du Conseil Départemental de la Haute-Loire. Les initiatives de 2017 auront-elles des retombées dans le temps ? L'événementiel est-il indispensable pour développer la politique touristique du Département ? Songe-t-on à créer d'autres manifestations dans les années à venir ? 

Crise économique et un bon rapport qualité/prix en Haute-Loire ?
Depuis quelques années, on constate une sensible augmentation de la fréquentation touristique. Est-ce que la Haute-Loire a globalement bénéficié d'un effet de la crise économique, le département étant moins onéreux que les principales attractions touristiques et présentant un bon rapport qualité/prix ? 
"Déjà, oui, sur le rapport qualité/prix, on est bons", répond Marie-Agnès Petit, la Présidente de la Maison départementale du tourisme, avant d'ajouter un argument essentiel à son sens : "en Haute-Loire, on est sécurisés, on est tranquille, il n'y a pas de souci". Enfin, elle évoque le réchauffement climatique et "dans le Sud, les gens se cuisent alors que chez nous, ils peuvent trouver un peu de fraîcheur et on a vu que certains territoires adaptaient leurs horaires et leurs offres".

"Avec un itinéraire comme ça, on peut être visible de la lune"
Marie-Agnès Petit est la Présidente de la Maison départementale du tourisme et par ailleurs vice-présidente du Conseil Départemental en charge du tourisme.
On sait que depuis des années, l'objectif de la politique touristique du département est de transformer la Haute-Loire d'une terre de passage à une terre de destination. Comment créer le déclic chez les touristes pour les faire venir en Haute-Loire ?

Une faible consommation de prestations annexes et un manque de champignons
Si on s'attarde un instant sur les données fournies par le conseil départemental ce lundi matin, on remarque tout de même que tout n'a pas été parfait et que certaines activités n'ont pas pu profiter de cet élan. On peut citer au premier rang les villages de vacances car si les gestionnaires sont globalement satisfaits, ils regrettent la faible consommation de prestations annexes. François Guillemet, à Saint-Julien-Chapteuil, reconnaît une légère baisse de fréquentation par rapport à 2016 et un taux d'occupation de 90 % en juillet et août.
Si le mois de septembre a été correct dans l'ensemble, on relève une baisse de la fréquentation, principalement dans le Haut-Pays-du-Velay et le Haut-Lignon, justifiée en premuier lieu par l'absence de champignons.

Hébergements locatifs : démarrage tardif de la saison estivale
Autre motif de grief pour les professionnels du tourisme : un démarrage tardif de la saison estivale pour les hébergements locatifs. Pour le relais départemental des Gîtes de France, le mois de juillet a été particulièrement poussif avec -5 points annoncés de taux d'occupation par rapport à l'an dernier.
Selon les élus, les "gîtes de qualité", ceux qui proposent des prestations plus haut de gamme, sont les moins touchés. Le mois d'aôut sera un moindre mal (-1 point annoncé de taux d'occupation par rapport à 2016) alors que le mois de septembre enregistre une hausse de 5 points.

Sale temps sur le Mézenc-Loire-Meygal 
La météo n'aura certainement pas aidé le etrritoire à tirer son épingle du jeu mais les résultats ne sont guère satisfaisants sur ce secteur. Déjà, l'office de tourisme, qui peut faire office de bon thermomètre, a enregistré une fréquentation en baisse en juillet par rapport à 2016, avec un peu plus de 16 000 personnes accueillies tout de même sur les deux mois estivaux.
Ce mois de juillet poussif est principalement justifié par un calendrier scolaire et une météo défavorable. Les mois d'août et septembre, plus satisfaisants, permettent de compesner en partie la baisse significative enregistrée en juillet pour les prestataires touristiques.

Quelques points noirs dans l'application mobile
Enfin la dernière déception que l'on peut noter concerne l'application mobile lancée par le Département en juin dernier : si elle a été téléchargée 5 000 fois, seuls 11 % sont des locaux et seulement 617 profils ont été créés dans l'application. 32 % des utilisateutrs ne l'ont utilisé qu'une fois, 56 % entre 2 et 8 fois, 12 % plus de 8 fois.
Le principal point noir de l'application, ce sont les circuits de visites, totalement à revoir. Sur 1 000 circuitsz effectués, seulement 5 % des utuilisateurs ont effectué le parcours dans sa totalité.

Maxime Pitavy

  • Un second volet consacré au tourisme sera proposé prochainement sur Zoomdici.fr. Il abordera notamment la question économique et la pénurie de professionnels dans les emplois touristiques, qui constitue paradoxalement un levier économique fondamental pour les collectivités, le Département en premier lieu.