Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

47 000 € pour l'AOP Fin Gras du Mezenc

sam 08/07/2017 - 18:32 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:46

Le Fin Gras du Mézenc a le vent en poupe. Il était même la vedette du Journal Télévisé de TF1 fin avril dernier. Le représentant de la Haute-Loire dans l'émission de M6 L'Amour est dans le pré est également un producteur de Fin Gras. Deux exemples médiatiques pour une AOP qui ne cesse de progresser et de structurer sa filière.
Laurent Wauquiez, le Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et Bernard Bonnefoy, Président de l’Association Fin Gras du Mézenc, avaient convié la presse à la visite d’une exploitation agricole au bourg de Chaudeyrolles ce vendredi après-midi.
Au terme de cette visite, ils ont signé un nouveau plan AOP (appelation d'origine protégée) pour la filière Fin Gras du Mézenc d’un montant de 47 000 €.

Bientôt le seuil symbolique des 1 000 animaux franchi
L’association Fin Gras du Mézenc compte 105 exploitations réparties en Haute-Loire et en Ardèche. Passer la barre des 1 000 bovins fait partie des objectifs à court terme de l'association. Comme évoqué en février dernier, 1 010 génisses et boeufs devaient être abattus au cours de la saison 2017, contre 862 l’an dernier à la même période. La filière poursuit donc sa progression d’environ 15 % par an, ce qui lui permet désormais d’approcher le millier d’animaux sous AOP.
Uniquement approcher, car un certain nombre d’animaux devaient très probablement être réorientés par les éleveurs d’ici le début de saison, ou déclassés en vif ou dans les abattoirs. Il faudra donc attendre 2018 pour franchir le cap du millier d’animaux commercialisé sous appellation.

Les quatre axes du nouveau plan régional pour la filière
Cette première aide du plan régional a été votée le 9 février dernier suite au vote de la Commission permanente. Il comprend quatre axes devant répondre aux enjeux et aux difficultés auxquels doit faire face l’association :
- Renforcer la commercialisation auprès des bouchers (14 000 €) 
- Promouvoir l’AOC Fin Gras du Mézenc (24 000 €) 
- Communiquer au travers d’une stratégie touristique (5 000 €) 
- Développer la production auprès des éleveurs (4 000 €)

D'autres aides escomptées
En répondant à ces défis, l’association Fin Gras du Mézenc ambitionne de commercialiser 1 200 animaux par an d’ici 2021. Par ailleurs, en plus des aides prévues par ce plan, la filière pourra être accompagnée par la Région au titre de sa politique touristique dont l’un des cinq axes est consacré à la gastronomie et à l’œnotourisme.
"Le Fin Gras du Mézenc est un produit identitaire pour notre territoire. C’est l’occasion de mettre enfin dans nos assiettes les produits de notre région", a conclu Laurent Wauquiez.