Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Agression au cutter pendant la fête de la musique au Puy

ven 23/06/2017 - 12:22 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:46

En fin d’après-midi, ce mercredi 21 juin 2017, les rues de la cité mariale se sont remplies d’instruments en tout genre. Peu à peu, des spectateurs souriants, profitant du temps estival, se pressent devant les estrades de fortune.
La soirée promet d’être longue… et musicale. Elle sera finalement de courte durée et plutôt triste pour ce couple de Stéphanois, venu fêter l'arrivée de l'été en musique au Puy.

----Des ITT de cinq jours et un jour
Une ITT (incapacité totale de travail) de cinq jours est prononcée pour la principale victime (13 points de suture ont été nécessaires), et une ITT d'un jour pour son compagnon.-----Le ton monte au point de sortir un cutter
Alors qu'ils sont tous deux assis en terrasse d'un café ponot, Place aux Laines, en train de boire un verre, une jeune femme de 24 ans, bien connue des services de police ponots, les interpelle. Elle demande à la stéphanoise, âgée de 45 ans, de lui prêter son téléphone.
Pour des raisons encore assez obscures, le ton monte entre les deux femmes. Les choses se sont envenimées à un tel point que la jeune sans domicile fixe est revenue quelques instants plus tard : elle sort un cutter, bondit sur sa victime et lui entaille le genou droit. Le compagnon de cette dernière, âgé de 38 ans, tente de s'interposer et prend lui aussi un léger coup de cutter.

La perspective d'une comparution immédiate ce lundi
Ce couple n'aura donc guère profité des festivités ponotes. La jeune femme a rapidement été interpellée, vers 22h, puis conduite au poste de police où elle n'a pas pu être entendue tout de suite... Elle a donc été en cellule de dégrisement. 
----Mise à jour :
La jeune femme a été incarcérée à la maison d'arrêt de la Talaudière (42) vendredi soir.-----Placée en garde à vue ce jeudi, elle devrait être présentée au Procureur de la République ce vendredi à 14h, puis au JLD (juge des libertés et de la détention) dans la perspective d'une comparution immédiate ce lundi. Une demande de détention provisoire devrait être formulée, ou a minima un contrôle judiciaire dans l'attente de son jugement.

Le commissariat souligne l'intervention d'un gendarme réserviste de 21 ans qui a prêté main forte aux victimes pour l'interpellation.

Maxime Pitavy