Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Haute-Loire : 20 000 habitants supplémentaires d'ici 2050

jeu 22/06/2017 - 18:52 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:46

Selon la dernière étude de l'Insee, dans un contexte national de ralentissement démographique et de vieillissement de la population, la région Auvergne-Rhône-Alpes enregistrerait d’ici 2050 une croissance démographique rapide supérieure à la moyenne française.

Une attractivité résidentielle inégale
Sous réserve de la poursuite des tendances actuelles, la Haute-Savoie et l’Ain concentreraient 30 % de l’accroissement de population régional grâce à leur attractivité résidentielle. Les départements jeunes et urbains du Rhône, de l’Isère et du Puy-de-Dôme auraient une croissance démographique supérieure à la moyenne régionale. La Savoie, la Drôme et l’Ardèche connaîtraient des évolutions similaires mais le vieillissement de la population y serait plus prononcé.
Les dynamiques démographiques seraient moins favorables dans la Loire, en Haute- Loire, dans l’Allier et le Cantal. Ce dernier département devrait même perdre des habitants du fait d’un déficit naturel prononcé.

Une croissance de la population de 9% en Haute-Loire
La Loire et la Haute-Loire enregistreraient des taux de croissance démographiques comparables à la moyenne nationale (respectivement 0,3 % et 0,2 % par an) pour des raisons différentes. Dans la Loire, c’est l’excédent des naissances sur les décès qui explique la quasi-intégralité de l’accroissement de population. En effet le département gagnerait 2 100 habitants chaque année dont 1 500 du fait du solde naturel et uniquement 600 habitants supplémentaires par le jeu des migrations. Cela s’explique par un dynamisme modéré des aires urbaines de Saint-Étienne et de Roanne, mais aussi parce que l’étalement urbain de Saint-Étienne s’effectue pour partie dans le nord de la Haute-Loire.
C’est notamment pour cette raison que cette dernière enregistrerait un taux de croissance dû aux migrations particulièrement élevé (+ 0,5 %) qui compenserait largement son déficit naturel. Au final, la population augmenterait de 9 % d’ici 2050 correspondant à un total de 20 000 habitants supplémentaires, soit la population actuelle du Puy-en-Velay.