Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Vandalisme et message codé au Lac du Bouchet

sam 01/04/2017 - 17:18 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:45

Des dégradations ont eu lieu cette semaine au Lac du Bouchet, le long de la route départementale qui descend à l’hôtel-restaurant, mais aussi sur l’aire de jeu.
Rien d’insurmontable, pour les employés de la communauté de communes de Cayres-Pradelles, collectivité qui a conduit ces travaux d’aménagement avec le Conseil départemental, avec aussi la création d'une Maison du site, un peu plus haut. D'autres aménagements sont à venir.
Quelles dégradations ? Il s’agit notamment de l’arrachage d’une ganivelle et des piquets qui la soutiennent, sur plusieurs dizaines de mètres.

Les vandales ont adressé un message ?
Pour exprimer leur mécontentement et aussi prévenir toute récidive, Paul Braud, président de la communauté de communes de Cayres-Pradelles, Josette Arnaud, vice-présidente et maire du Bouchet-Saint-Nicolas, et Alain Robert, vice-président en charge des travaux, ont donné une conférence de presse, ce samedi 1er avril 2017, à la Maison de site du lac du Bouchet.
« Cet aménagement est destiné à protéger les arbustes qui ont été plantés au bord la route et le fait que les piquets aient été remis au-delà de ces arbustes constitue un message, pour Paul Braud, ces gens-là ne sont plus entendus et ils emploient d’autres moyens pour être écoutés, il sont très minoritaires... »
Même discours de la part d’Alain Robert. Pour lui, le langage non-verbal est on ne peut plus explicite : « en plus, ils ont enroulé la ganivelle arrachée pour aller la déposer juste à côté dans le sous-bois. »

Mesures de vidéoprotection
Josette Arnaud continue d’assumer son opposition à l’interdiction de stationner induite par ces aménagements (interdiction visiblement source de discorde sur le plateau) : « Moi j’étais contre, mais maintenant les travaux sont faits, soit. Je suis moi aussi opposée à ces actes de vandalisme. Surtout sur l’aire de jeu, impensable pour moi de dégrader les bancs où des enfants s’assoient. »
Il faut dire qu’à compter du week-end de Pâques, la Maison du site va ouvrir au public. Les édiles du plateau craignent pour cet aménagement flambant neuf : « la scénographie est finie et il ne faudrait pas que les vandales s’en prennent à cet équipement. Nous n’excluons pas des mesures de vidéoprotection pour sécuriser les lieux. »
Ces actes, aussi inacceptables soient-ils, interrogent néanmoins un peu plus l’exercice démocratique et le débat public au sein des communautés de communes. Comment cela s'était-il passé à Cayres-Pradelles ?

J.J.