Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Primaires de la gauche en Haute-Loire : Hamon large vainqueur sans cérémonial

lun 30/01/2017 - 04:31 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

Les sympathisants socialistes de Haute-Loire ont suivi le mouvement national, en ayant majoritairement voté pour Benoît Hamon (59,72%), dans ce deuxième tour des primaires de la gauche. Ce dimanche 29 janvier 2017, il y aura eu au total 5 930 votants, une participation en hausse de près de 25% par rapport au premier tour.
Manuel Valls (40,28%) aura eu la faveur des suffrages dans les seuls bureaux de Brioude, maigre consolation pour le Brivadois et secrétaire départemental PS André Chapaveire, soutien de Manuel Valls : « Cette primaire citoyenne a été un succès (….) un bel exercice démocratique, s’est-il réjoui, suite au vote de dimanche dernier, le résultat de ce soir était prévisible : Il est incontestable. J’en prends acte, nous avons ce soir notre candidat pour l’élection présidentielle. »

André Chapaveire plutôt remonté...
On parle bien de Benoît Hamon – même si le nom de ce mystérieux vainqueur n’aura toujours pas été prononcé – à qui il appartient de « créer la dynamique du rassemblement. J’espère qu’il s’y prendra mieux que ses soutiens départementaux », a glissé André Chapaveire. Pour le coup, le message est destiné, entre autres, au frondeur Laurent Johanny, leader de l'opposition municipale du Puy-en-Velay, candidat suppléant malheureux à l'investiture PS aux législatives de juin prochain et soutien local de Benoît Hamon. Donc, très peu de cérémonial officiel pour accueillir la victoire de Benoît Hamon à la primaire citoyenne, dans ces locaux de la fédération départementale du boulevard Carnot au Puy.

Quid du revenu universel ?
En rendant ensuite longuement hommage à François Hollande et, surtout, son ministre et candidat Manuel Valls « qui ne fait pas de promesses inconsidérées » le secrétaire départemental a implicitement affiché que la maison PS – encore à l’unisson du quinquennat Hollande – n’allait pas laisser aussi facilement le double des clés aux frondeurs d’hier. Un standing à tenir de parti de gouvernement, qui ne ferait peut-être pas bon ménage avec l’idée de revenu universel : « on va voir ce que Benoît Hamon va faire, il a quand même beaucoup évolué à ce sujet », remarque André Chapaveire quand on évoque ce volet.

« Une direction paritaire doit être mise en place »
Les frondeurs d’hier, notamment Laurent Johanny, s’étaient auparavant exprimés : « Une ligne claire a été choisie, avec Benoît Hamon, il faut maintenant se rassembler derrière lui, il est le seul à même de rassembler la gauche derrière son programme ».
Les vainqueurs, par la voix de Laurent Johanny, considèrent que la tête du parti « devra prendre en compte ce message et qu’une direction collégiale paritaire doit être mise en place pour cette campagne qui approche et en attendant le prochain congrès du PS (au printemps 2016, NDLR) ».

Jacques Jamon