Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Bas-en-Basset : le gîte La Chomette reçu cinq sur cinq

mar 25/10/2016 - 18:49 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:43

Le château de la Chomette rejoint un autre gîte "5 épis" en Haute-Loire. En effet, après le gîte La Polonie à Rosières, c'est au tour du Château de la Chomette, à Bas-en-Basset, d'être primé.
La commission régionale des Gîtes de France était venue en visite en mai 2016. Ce label est synonyme d’excellence au niveau des aménagements et des services proposés.

Que va changer ce label ?
Ce label de cinq épis est un peu une consécration mais concrètement, qu'est-ce que vous en attendez et qu'est-ce que ça va changer ? 

L'hébergement ne manque pas de cordes à son arc
Le château a été construit au XVIe siècle et agrandi jusqu'au XIXe siècle. Pour Catherine et Patrick Blangarin, originaires de Bas-en-Basset, l'opportunité était trop belle. Acheté en 2008,  ils se sont affairés à le rénover, une tâche qui aura duré la bagatelle de quatre ans pour être finalement inauguré en mai 2012. 
Le gîte est situé dans un magnifique parc arboré de 4,5 hectares. Le volume des pièces permet un séjour en groupe sans se gêner : sept chambres sont proposées, soit 14 couchages (et quatre salles de bain). Une piscine couverte est à la disposition des locataires en période estivale. Une grande terrasse et beaucoup d'espaces permettent aussi l'organisation de réception, anniversaire....
Proche de la Loire pour des parties de pêche, au pied du château de Rochebaron, avec la possibilité de balades à pied ou en VTT, l'hébergement ne manque pas de cordes à son arc.

----Le même tarif est appliqué toute l'année : le week-end (samedi-dimanche, avec une nuit) pour 14 personnes, c'est 700 €, linge de lit, linge de toilette et ménage compris et la même prestation, à la semaine, est au tarif de 2 500 €. En période hivernale, le chauffage est facturé 50 € la journée).-----Deux types de clientèle
On recense dans ce gîte deux types de clientèle : d'abord une clientèle de proximité, du bassin stéphanois ou lyonnais principalement, qui vient plutôt passer un week-end entre amis ou pour une réunion de famille par exemple.
Le second profil de clientèle concerne davantage des clients venant passer une semaine au calme, "on a souvent des familles qui sont un peu éparpillées aux quatre coins de la France et qui décident de se réunir ici car c'est un point central pour tout le monde", détaille Catherine Blangarin, "ce sont donc des gens de Paris, Bordeaux, Marseille ; et on aussi de jeunes couples qui partent en vacances avec des enfants en bas âge, principalement l'été".

Comment tirer son épingle du jeu en milieu rural ? 
Qu'est-ce qui est difficile quand on se lance dans ce type d'activité, en proposant un hébergement de style gîte dans un milieu rural ? Parvient-on à remplir la structure durant toute l'année ?