Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

"Maintenir le Roi de l'Oiseau, la meilleure réponse au terrorisme"

lun 12/09/2016 - 18:22 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

"On adapte notre dispositif à chaque manifestation", explique le préfet de Haute-Loire Eric Maire, "on ne peut évidemment pas reproduire ce que l'on a fait pour le Jubilé, tant le public est différent".
Environ 200 personnes avaient été mobilisées à cet effet et la clôture du Jubilé s'était déroulée sans encombre. Pour le Roi de l'Oiseau, il faudra plutôt tabler sur 450 personnes mobilisées, dont une centaine de bénévoles, mais aussi des agents de sécurité, des policiers extérieurs, armés de fusils d'assaut, des brigades canines, des équipes motorisées, etc.

----Comme lors de la clôture du Jubilé, la Préfecture va activer son centre opérationnel départemental au plus fort de la fête vendredi, samedi et dimanche. Les pompiers et le Samu seront également sur le qui-vive ainsi que le centre hospitalier de Saint-Etienne qui sera prêt en cas d’événement dramatique.-----"La sécurisation d'un défilé nécessite des moyens exceptionnels"
La sécurité demeure le maître mot et les Fêtes sont tout de même altérées par l'état d'urgence et la menace terroriste qui pèse sur la France. Il n'y aura donc que très peu d'impact sur le programme du festival, toutes les animations annoncées auront bien lieu telles que prévues, excepté le défilé d'ouverture du mercredi soir au départ de la cathédrale. La cérémonie d'ouverture, elle aura bien lieu le mercredi 14 septembre à 20h mais dans la grande lice de la place du Breuil (contrairement à ce qui était initialement annoncé sur la place du Martouret).
"La sécurisation d'un défilé nécessite des moyens exceptionnels", précise le représentant de l'Etat, "celui de clôture est très emblématique, c'est l'un des instants clefs des festivités donc on a souhaité le maintenir mais on a en revanche annulé celui d'ouverture". Outre la présence de poids lourds interdisant les accès aux véhicules sur les aires piétonnières, un large dispositif sera étendu. "Mais on ne pourra pas non plus fouiller les sacs comme au festival de la Chaise-Dieu", cite en exemple Eric Maire.

Trois zones à sécuriser, avec des accès limités
Durant les festivités, trois zones sont identifiées par les services de l'Etat : d'abord le jardin Henri Vinay, qui disposait jusqu'à présent de huit accès, n'en proposera plus que deux ; pour la grande lice du Breuil, il n'y avait qu'un accès et il sera maintenu. Quant à la troisième zone, c'est là que ça se corse.
Il s'agit de la vieille ville et il est alors impossible d'en contrôler précisément les accès. Mais les forces de sécurité ne manque pas de ressource. "Vous comprendrez aisément que l'on ne peut pas tout dire" conclut sobrement le préfet du département.

Maxime Pitavy