Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Les pilotes de voiture à pédales ont bravé les averses à Saint-Vincent

dim 24/07/2016 - 02:15 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Un vrai circuit de GP
Une vingtaine d'équipages ont pris le départ dans cette course qui ressemblait davantage à un grand prix de formule 1 qu'a une simple course de caisse à savon. Le village de Saint-Vincent avait même des allures de circuit du Mans avec ses stands d'écuries, ses changements de pilotes, ses réparations éclair, ses commissaires de courses, ses bottes de pailles mais aussi son drapeau à damier. On à même pu voir des crashs et des sorties de routes sur la chaussée détrempée.
Les participants venaient de toute la région Auvergne-Rhône Alpes mais 4 équipages étaient locaux et fesaient partie du comité des fêtes organisateur de la journée.

Trois classements différents
Le principe de la course semble pourtant simple, les participants doivent réaliser le maximum de tours sur des karts à pédales de leur conception pendant deux heures tout en se relayant. Mais ce n'est pas le seul critère pour départager les concurrents, il existe en tout trois classements. Le premier sur le nombre de tours, le second sur le look du véhicule (et des pilotes) et le troisième : le combiné, qui combine les deux classements précédents. Pour remporter l'épreuve reine il faut donc être rapide mais également avoir le sens du show et de l'esthétique.
Les participants arboraient sur leur voiture des dessins inspirés de divers univers : de la BD au jeu vidéo en passant par la chanson et Patrick Sébastien. Certains avait mis la barre très haute en roulant dans des véritables oeuvres sur roues, mettant parfois de côté l'aérodynamisme et la légereté. En lever de rideau de la course les spectateurs ont pu juger de la performance artistique des participants.
La pluie n'a cette année pas gachée la fête car même sous les averses, la course a pu avoir lieu et les spectateurs ont fait le déplacement, bien qu'en moins grand nombre qu'escompté.