Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Corentin Haon, 15 ans et déjà leader européen de ski de fond

sam 05/03/2016 - 16:24 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:39

"Je ne m'attendais pas à gagner ! " Quinze ans, un moral d'acier et une maturité déconcertante. Corentin Haon a tout d'un champion. Ce samedi à Arber (en Allemagne), il a disputé la finale de la Coupe d'Europe de ski de fond en catégorie Cadet, la Cup Kurikalla, compétition la plus importante pour son âge. Face à l'élite européenne, le jeune Altiligérien, seul représentant d'Auvergne, s'est imposé au terme de 7,5 km en style classique en 23'07''.
Un leader français au club de Saint-Julien-Chapteuil
La voix tremblante de joie, Frédéric Echavidre, son entraîneur nous annonce le résultat tant attendu : "Ça y est ! Il a gagné". Cette victoire, elle est méritée pour ce jeune homme qui consacre une grande partie de son temps à l'entraînement. Le club nordique de Saint-Julien-Chapteuil peut se targuer d'avoir un champion : "Il est leader, premier Français". Corentin Haon a dû faire face aux quatre meilleurs de chaque pays d'Europe centrale (SPA, ITA, SLO, AUT, SUI, ALL, CZE, SVQ, LIE et la FRA).
"Une course parfaite"
Avec le dossard 3, il a imposé le rythme tout au long de la compétition. Ses adversaires du jour n'ont pas réussi à le rattraper. "Il a tout simplement réalisé une course parfaite", synthétise son entraîneur, retenu par la fédération pour accompagner le collectif français. Il faut préciser que depuis 15 jours, le sportif et son mentor n'attendaient que ce rendez-vous. "Corentin profite de ce week-end comme un jeune de 16 ans issu d'un 'petit' comité qui va sur sa première épreuve internationale...Il ne se rend pas compte de l'importance de sa performance", explique Frédéric Echavidre.

Corentin a un autre rendez-vous de taille le week-end prochain, les 12 et 13 mars, avec la grande finale du championnat de France Cadet à domicile : au Mézenc. Il est actuellement 4e au classement. Son entraîneur, rayonnant de fierté, y croit : "Il aura des ailes pour confirmer !". S'il gagnait, il mettrait fin à une attente longue de 50 ans...depuis la victoire d'André Echavidre, père de son entraîneur.

Emma Jouve