Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Pas de complexe pour la championne de surf originaire de Haute-Loire

ven 20/11/2015 - 16:44 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:37

C'est la meilleure surfeuse que la France ait jamais connue... et elle est originaire du Puy-en-Velay ! Assez ironique pour une ville où l'unique vague se trouve à la piscine qui en porte le nom.
Johanne Defay vient de fêter ses 22 ans. Ses parents altiligériens ont déménagé à la Réunion quand elle était bébé. Quels sont ses liens avec la Haute-Loire ?

Johanne Defay a intégré l'élite mondiale, le World Tour, l'an dernier, terminant 8ème mondiale et décrochant le titre de « best rookie of the year » (meilleure nouvelle recrue de l'année). Cette saison, elle est actuellement 7ème mondiale. Objectif : atteindre le Top 5.
A partir de ce samedi 21 novembre 2015, elle domptera les vagues d'Hawaï pour la dernière manche du championnat du monde de surf. Dans quel état d'esprit aborde-t-elle cette dernière compétition de la saison ?

La championne promet de porter haut les couleurs de la France.

----Ce vendredi 20 novembre, Johanne Defay a annoncé un nouveau partenariat pour tois ans avec la société Wakanda SAS, startup? française, membre de la FrenchTech et de FRDigitale. Il s'agit d'un éditeur Open Source proposant une plateforme permettant de standardiser et d'accélérer le développement d'applications mobiles et web.-----Ce manque de culture du surf en France pénalise Johanne Defay dans la recherche de sponsors. Elle qui a perdu son sponsor majeur peine en trouver un nouveau. C'est la seule féminine du World Tour à ne pas avoir de sponsor majeur. Fin 2014, elle a lancé une campagne de crowdfunding (financement participatif) pour payer son début de saison, début 2015, pour trois mois en Australie. Car il faut savoir qu'en 2014, sa saison lui a coûté environ 65 000 euros. Sur les 18 000 € qu'elle espérait récolter, elle a obtenu 23 755 € grâce à quelque 430 soutiens. Elle n'envisage pas de renouveler l'opération par une nouvelle campagne. En revanche, ce succès lui fournit un bel argument pour tenter de convaincre les sponsors potentiels. Car si l'argent ne fait pas le talent, il contribue pour beaucoup à le faire éclore.

Annabel Walker