Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Les Verts : '' Demain, nous sommes capables de gérer une Région ''

mer 01/07/2015 - 02:59 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:35

Trois élus d’Europe Ecologie Les Verts (EELV), Lionel Roucan (Cantal), Agnès Mollon (Puy-de-Dôme) et Pierre Pommarel (Haute-Loire) ont dressé le bilan de leur mandat à la Région Auvergne ce mardi 30 juin en début de soirée. Réunis dans le petit local de la rue Saint-Jacques au Puy-en-Velay, une dizaine de sympathisants ont les yeux rivés sur le diaporama des conseillers sortants.

Dresser le bilan 

Les sept élus régionaux d’EELV se sont battus pour faire intégrer leur point de vue dans la politique menée. A ce jour, ils en tirent un bilan maussade. Pour eux, le début de mandat avait bien démarré. Mais ils sont déçus de la seconde partie.
Les élus écologistes soulignent cinq points positifs acquis ces dernières années :

  • la création de sept premières réserves Naturelles Régionales (dont celui des Sources et Gorges de l'Allier),
  • l'accent mis sur la rénovation des logements et les 10 % d'électricité d'origine renouvelable utilisée dans les lycées,
  • le sauvetage du "coeur du réseau" ferroviaire auvergnat grâce au plan Etat-Région 2015-2020. Deux lignes sont concernées : la ligne Cévenole et la liaison le Puy-Firminy. Mais les élus dénoncent fortement " l'obsession " d'autres élus pour le TGV,
  • la stimulation de l'offre culturelle et sa diversité,
  • et les engagements en faveur de l'égalité et de la diversité (éducation, formation, santé, territoires...).

En revanche, ils montrent du doigt le gaspillage d'argent pour les projets "inutiles et anti-écolos." 

----
« C’est un faux procès qu’on nous fait »
L’Hôtel de Région est LE sujet qui fâche. La majorité défend le bâtiment quand l’opposition pointe du doigt un édifice au coût élevé qui risque de ne pas être utilisé à cause de la fusion de l’Auvergne et de Rhône-Alpes. Les membres d'EELV clament : " C'est un faux procès qu'on nous fait. Quand le projet a été initié, il n'était pas question de fusion. Au contraire, le nombre d'élus devait même augmenter. "
Ils proposent l'utilisation du bâtiment pour les compétences conservées (les lycées) ou encore, celles qu'ils espèrent garder (problématique du numérique et aide aux formations). Pour le reste, ils préfèrent louer l'espace restant.

-----Avec qui va l’écologie ?

EELV élabore une liste avec d’autres partenaires pour le premier tour des élections régionales de cette fin d’année 2015. Parmi les alliances envisagées se trouve le Parti de gauche ou encore Nouvelle donne. Une seule élue sortante se présentera à nouveau, Fatima Bezli. Dans le parti, les élus ont choisi de montrer l’exemple en s’autorisant uniquement deux mandats. 
Au second tour, les candidats devront faire de nouvelles alliances pour obtenir des sièges. « L’attitude sera différente dans les deux tours, explique Pierre Pommarel, Un rapprochement avec le Parti Socialiste sera probable. » En espérant un inversement du rapport de force avec le PS, EELV souhaite une meilleure cohabitation que pendant la seconde partie du mandat actuel. En Haute-Loire, un seul nom est révélé : Céline Gacon, secrétaire départementale, sera tête de liste départementale pour le parti.

 

Pourquoi voter écolo ?
La raison est très simple pour Pierre Pommarel : « A l’heure des problématiques environnementales, il faut des écologistes dans tous les types de collectivités pour faire changer les choses. » Le parti cherche a se séparer d’un cliché : «  Tous les écolos aiment les petites fleurs. » L’élu répond : « Oui mais pas seulement. on s’intéresse à toute la société pour qu’elle soit vivable. » Le parti voudrait insuffler de nouvelles orientations pour « vivre mieux ».

E.J.