Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Un peintre ponot convoité par le Louvre

mer 10/06/2015 - 15:50 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:34

« C'est fantastique, ça fait vivre », tels sont les mots d'Auguste Boudignon, peintre ponot bien connu localement, notamment pour sa sirène à l'entrée de la piscine La Vague, lorsqu'il mentionne les estampes chinoises. L'artiste vient d'être sollicité par le musée du Louvre afin de tenir une conférence sur cette technique venue d'Asie. La conférence aurait pour but de présenter cet art, peu connu et encore moins pratiqué en France, au grand public et d'en dévoiler les contours.

Un novice dans cette technique...
Auguste Boudignon, réputé pour ses aquarelles et ses gravures, a fait la découverte ces dernières années d'un art tout droit venu d'Orient : l'estampage chinois. C'est grâce aux conseils de son confrère et ami Pierre De Michelis, célèbre peintre lyonnais, qu'il se lance dans cette technique. Le peintre ponot a déjà effectué de nombreux stages avec l'artiste lyonnais et son fils afin de maîtriser au mieux cette technique chinoise et d'en percer les moindres mystères.

... mais déjà récompensé
Une orientation payante puisque l'artiste ponot a récemment remporté un concours d'estampes chinoises à Lyon grâce à une toile représentant la vieille ville ponote surplombée par la vierge et la cathédrale. Deux personnages médiévaux figurent également au premier plan de cette oeuvre. Auguste Boudignon s'est ainsi démarqué de 14 autres candidats.

----Auguste Boudignon réalise ses estampes chinoises sur du papier de riz avec des outils et de l'encre spécifiques à cette technique. L'artiste dessine sur les deux faces de la toile. Une fois exposée à la lumière, l’œuvre présente ainsi des effets d'ombre et de profondeur.-----Contacté par le musée du Louvre
C'est grâce à son travail qu'Auguste Boudignon a été approché par le musée parisien du Louvre afin de mettre en avant cet art chinois. La date de cette conférence n'est cependant toujours pas déterminée, l'artiste ponot étant très occupé entre commandes, stages et autres conférences. « Il faut beaucoup de temps pour préparer une conférence, au moins trois mois, et je suis encore novice dans cette technique, mais je tiendrai cette rencontre », promet Auguste Boudignon qui, à l'aube de ses 84 ans, ne cesse de se renouveler.

S.J.