Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Le Puy : le camping passe aux mains d'Aquadis Loisirs

mer 18/02/2015 - 17:50 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

Comme nous l'annoncions dans le compte-rendu du dernier conseil municipal, le camping municipal du Puy-en-Velay va changer de gérant. Romain Marjerie, en place depuis quatre ans, a dû laisser sa place à une grande société.

Il pensait être le candidat idéal
Romain Marjerie était réceptionniste au camping de Brives-Charensac quand son employeur reprend celui du Puy. Il reste salarié pendant quatre années puis au départ de son patron, il prend les rênes du camping. En 2014, l'avenant de huit ans prend fin. C'est en toute logique que Romain Marjerie postule à sa propre succession. Sûr de lui, il pense être le candidat idéal : il connaît le site, il s'y est investi, il a fait des rénovations, des installations, il envisage de créer un poste dans " ce cadre chaleureux qui a l'avantage de ne pas ressembler à une usine ".

Le seul problème : les sanitaires
Passionné, il explique : " J'ai refait la peinture, installé le Wifi, mis en place une salle TV, une salle BD, créer une petite pizzeria, un dépôt de pain, une épicerie simple, ensuite j'ai créé une terrasse pour la pizzeria, j'ai fait une salle pour les bébés, j'ai fait venir des produits du terroir, puis j'ai embelli la pizzeria et développer le menu... " Le seul reproche qu'on lui a fait c'est vis-à-vis des sanitaires : " Il faut reconnaître qu'ils sont dans un état vétustes, mais c'est à la ville de réaliser les travaux. "

Des moyens et un réseau
L'appel d'offre terminé, il apprend qu'il y a eu plusieurs candidatures. Quatre pour être exact : deux particuliers dont il fait partie et deux sociétés : Aquadis Loisirs et Sogeval. Romain Marjerie envoie un mail de relance le 28 novembre. il apprend le 1er décembre que sa candidature n'a pas été retenue. La commission en charge de l'affaire a choisi de retenir uniquement les offres des deux sociétés. " Elles sont plus à même de développer le camping et surtout elles ont un grand réseau de communication pour attirer les clients " explique Michel Chapuis.

Déléguation de service public d'une quinzaine d'années
La décision est passée en conseil municipal le 6 février : " Monsieur le maire propose de retenir l'offre de la société Aquadis Loisirs ". La minorité s'y oppose en dénonçant un problème lié à l'humain. Françoise Gauthier-Willems avait soulevé : " Monsieur Marjerie est un local, il proposait une meilleure redevance. Depuis quatre ans, il s'en occupait et a fait des travaux importants. Je ne comprends pas pourquoi on ne le garde pas. " La majorité avait alors argumenté sur la nécessité de miser sur l'obtention d'étoiles (deux actuellement) avec " des sociétés qui sont mieux équipées pour cela. " Un budget de 20 000 euros a également été voté pour permettre la remise à niveau du camping dont fait partie la rénovation des sanitaires. La société devra reverser 15 000 euros par an à la ville sur toute la durée du contrat initialement prévue pour six ans mais étendue à une quinzaine d'années puisqu'il faut que la société puisse avoir " un retour sur investissement comme elle va engager beaucoup de frais au début ".

Avenir flou pour l'ancien gérant
La mairie ponote a néanmoins demandé à la société de proposer un poste à Romain Marjerie et à son épouse pour qu'ils puissent continuer à s'occuper du camping. " On ne sait pas où ça en est " explique Michel Chapuis. Il ajoute : " Ces sociétés sont généralement très sélectives dans les couples qu'elles recherchent. " Du côté d'Aquadis Loisirs, on prévient : " Il n'y a encore rien de fait. "

E.J.