Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Déchets verts : ''sommes-nous des Ponots de seconde zone ? ''

dim 08/02/2015 - 17:47 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:32

Après la diminution du nombre de passage pour le ramassage des ordures ménagères, les habitants de ces quartiers s'estiment "de nouveau maltraités par la communauté d’agglomération du Puy". Pour eux, c'est "une brimade supplémentaire".
Le maire du Puy Laurent Wauquiez met en avant, pour justifier cette mesure, son coût, la dépose d’encombrants, de gravats, de déchets non végétaux et l’utilisation de ces bennes par des artisans qui font payer la décharge en déchèterie à leurs clients et qui s’en débarrassent sans frais dans ces bennes.

"La municipalité [...]sans aucune concertation, supprime les bennes à déchets verts"
Il s'agissait bien pourtant d'un service rendu par la commune du Puy qui assurait le ramassage des bennes, pour les déverser dans les déchèteries de la communauté d’agglomération. "C’est donc bien un service supprimé aux habitants de ces quartiers, sans contrepartie", s'indignent les 135 personnes qui ont signé la pétition, sur le seul quartier d'Ours-Mons. Cette pétition a été remise en main propre au maire du Puy, Laurent Wauquiez, ce vendredi 6 février 2015.
Dans cette pétition, les signataires déplorent : "les élections ont eu lieu, la municipalité passe à l'acte et, sans aucune concertation, supprime les bennes à déchets verts, prétextant des incivilités". Ces dernières sont cependant bien réelles, comme nous l'avions déjà relaté en octobre 2013 à propos de la benne du Val-Vert.

"Sommes-nous des ponots de seconde zone ? "
Les pétitionnaires le reconnaissent eux-mêmes : "ces incivilités sont bien réelles, mais il n'y a jamais eu d'information claire devant les bennes pour en limiter l'utilisation. On doit se demander si l'incivilité d'un tout petit nombre justifie de punir tout le monde". De plus, ils estiment que la disparition de ces bennes pourrait favoriser d'autres incivilités, en référence aux décharges sauvages et à l'écobuage, des pollutions visuelles, olfactives et aériennes (CO2).
Cette nouvelle mesure est également contestée car tout le monde ne dispose pas des moyens de transport (pick-up, remorque...) jusqu'à nos déchèteries. Déplorant "l'état catastrophique des voiries" et "des trottoirs inexistants ou impraticables", les signataires rappellent que l'imposition au Puy est sans minoration avant de conclure : "c'est dans ces quartiers que la communauté d'agglomération a diminué la fréquence de ramassage des ordures ménagères, sans justification valable. Sommes-nous des ponots de seconde zone ?". Ils demandent donc la continuation de la mise à disposition de ces bennes dans leurs quartiers.