Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Tous

Retournac

Le Département au chevet des collèges : exemple à Retournac

lun 08/09/2014 - 15:30 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:24

A l'occasion de la rentrée scolaire, Jean-Pierre Marcon, le nouveau président du Département de la Haute-Loire, est venu, ce vendredi 5 septembre 2014, visiter le collège Boris Vian de Retournac.
C'est un collège en chantier qui a accueilli ses nouveaux élèves à Retournac, pour cette rentrée 2014/2015. Parmi eux, Jean-Pierre Marcon et son équipe du Département de la Haute-Loire, le directeur de l'établissement, Michel Bresson, l'inspecteur d'académie, Jean-Williams Séméraro et la conseillère général du canton, Madeleine Dubois.
Suite à l'effectif grandissant des collégiens - soit 351 élèves pour cette rentrée, contre 220 à l'ouverture en 1984 - des travaux d'extension, de restructuration et de mises aux normes ont été nécessaires afin de garantir des conditions de travail et de sécurité optimales.

Côté gros œuvre
400 m² de surface neuve, salle de musique, d'arts plastiques, CDI, salle informatique et de technologie.
Une salle polyvalente  de 125 m², accessible depuis la rue et permettant une utilisation par des utilisateurs extérieurs au collège.
Remises aux normes des installations électriques, des systèmes de sécurité incendie.
Travaux permettant l'accessibilité aux personnes handicapées.
Le self de la cantine a, lui aussi, été remis aux normes, notamment au niveau de l'hygiène.

Côté finitions
Le carrelage a laissé place à un sol plastique moins bruyant au passage des élèves et plus facile à nettoyer. On peut s'étonner du revêtement mural, qui semble peu opportun pour un établissement scolaire. En effet, un joli crépi, blanc et fin, recouvre la totalité des murs. Qu'en sera t-il d'ici dans quelques mois lorsqu'il aura essuyé autant de mains sales, de concours de jet d'encre et de projectiles en papier mâcher ? A suivre ...

Côté porte-monnaie
Le bilan de l'opération d'extension et de restructuration s'élève à 1 963 473 € TTC, couvert à 100 % par le Conseil général. Concernant la cuisine, 766 467 € TTC ont été alloués aux travaux du self proprement dit, avec un financement à hauteur de 22 % par la commune de Retournac, ce qui représente un investissement lourd pour une petite commune. La raison de l'implication financière de la commune se justifie par le fait que la cuisine est aussi utilisée par  les élèves de primaires des écoles de Charrée et de Jussac par le biais de portages en liaison chaude et par les écoliers de primaire et de maternelle de l'école Théodore Monod qui viennent prendre leurs repas au collège.

Et la réforme territoriale ?
Concernant les inquiétudes sur l'attribution des compétences du Département par rapport à la gestion des collèges. Jean-Pierre Marcon précise « qu'aux dernières nouvelles, la compétence devrait rester aux Départements qui ne comportent pas de métropole. » A lui d'ajouter : « Je ne suis pas persuadé qu'une autre structure, qu'elle soit régionale ou émanant de l'Etat, soit de toutes façons plus performante que nous pour pouvoir assurer cette compétence. J'espère que le législateur deviendra un petit peu plus raisonnable lorsqu'il triera les compétences  ».

Prochains chantiers
Les prochains collèges qui bénéficieront de subventions du Département sont le collège public d'Aurec-sur-Loire, ancien site de Chazournes et le collège Jean Monnet d'Yssingeaux. Pour Jean-Pierre Marcon, il est important de démarrer rapidement les travaux dans les établissements : « tant pis si la région doit récupérer les compétences, elle en tirera les bénéfices plus tard ; ce qui compte c'est le bien-être des enfants. »

Et les petits collèges ?
Le président du Conseil général a tenu à évoquer son inquiétude par rapport aux collèges à petits effectifs : « ce qui nous inquiète un petit peu c'est qu'on a quelques collèges qui ont une dimension limitée, comme celui de la Chaise-Dieu. A partir de combien d'élèves un collège est-il pleinement efficace et performant pour les enfants ? C'est une chose à laquelle nous devons réfléchir, même si au jour d'aujourd'hui, il n'est pas question de supprimer des établissements. »

Une visite en « grandes pompes », mais pas inaugurale. La réception officielle des travaux devrait se faire à la fin du mois, si tout se passe comme prévu par le calendrier.

F.Q.