Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Et vous, vous avez vu un ballon ?

lun 01/09/2014 - 16:49 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:24

Vous avez peut-être aperçu un ballon blanc brillant dans le ciel de Haute-Loire, ce week-end. Et vous êtes nombreux à vous demander ce que c'était. Intrigué, un internaute de Zoomdici.fr nous a posé la question après avoir été témoin, lui aussi, dimanche, vers 18 heures, de cet étrange phénomène : « un ballon blanc fermé (qui n'est pas une montgolfière) survole le secteur de Solignac-sur-Loire. Vu aux jumelles, il me semble apercevoir les couleurs d'un drapeau allemand et une sorte d'équipement, le tout qui est suspendu à ce ballon. Une idée de ce que cela peut être ? »

Partis de Vichy
Nous demandons, ce lundi matin, au groupement de gendarmerie de Haute-Loire. RAS. Certains témoins émettent l'hypothèse qu'il s'agisse d'une sonde météo. Nous contactons les services régionaux de Météo France à Clermont-Ferrand. Non, il ne s'agit pas d'une sonde météo. « Ah ! Mais attendez, nous dit-on, ça doit être la manifestation de ballons de Vichy ! » Bingo ! Les « Air Days 2014 » se sont élancés de l'hippodrome de Vichy vendredi et samedi soir, vers 22 heures.

Une vingtaine de ballons
Les agents de Météo France nous confirment qu'il y avait un vent de Nord-Ouest ce dimanche, ce qui corrobore avec la trajectoire des ballons. Car il n'y avait pas qu'un ballon, mais une petite vingtaine... ce qui explique qu'autant de personnes, à tant d'endroits différents, aient vu « le mystérieux ballon ». Ainsi, Sandrine l'a vu au-dessus du Puy-en-Velay, Emilie au-dessus de Bains, ses amis à Séneujols. Roger, lui, a vu un « ballon blanc brillant, plus petit qu'une montgolfière, très haut dans le ciel ». Il l'a d'abord aperçu vers Lachamp, puis Saint-Hostien, puis vers Yssingeaux en fin d'après-midi ce dimanche.

----La course en ballon à gaz en chiffres
Poids au décollage : 800 kg dont environ 500 kg de lest
Volume : 1 000 m3 max.
Nombre de pilotes : 2 par ballon
Meilleure distance parcourue : 3 400 km (record en 2005)
Vol le plus long : 92h11 (record en 1995)
Prix d'un ballon : plus de 100 000 €-----Des ballons à hydrogène ou hélium
Et bien vu ! Il ne s'agit pas de montgolfières, mais des ballons à gaz, rempli d'hydrogène ou d'hélium. 17 équipages sont partis de Vichy vendredi et samedi soir pour la 58ème Coupe Gordon Bennett de l’hippodrome de Vichy. Chaque équipage, composé des deux personnes dans une nacelle, a décollé, au son de son hymne national. Et certains étaient encore en vol ce lundi en début d'après-midi. Car, contrairement, à la montgolfière, le ballon à gaz peut partir pendant plusieurs jours. Celui qui ira le plus loin aura gagné.

Dénouement en Sicile
Et la Haute-Loire n'était donc qu'une terre de passage. Samedi matin, les contrôleurs aériens français qui espéraient que les ballons auraient libéré leur ciel étaient déçus : le vent très faible de la nuit avait amené les équipes de la Gordon Bennett dans un "pinceau" compris entre Nice et Montpellier, direction la côte Nord de l’Italie ou la Sardaigne, à l’exception d'un équipage qui avait pris l’option de monter à 15 000 pieds (soit 5 000 mètres) et de passer plus au nord, au-dessus des Alpes.

Victoire allemande
Ce lundi, les quatre ballons encore dans la course se sont posés en début d’après midi en Sicile, après avoir volé, sans se poser, plus de 85 heures depuis Vichy.
Les distances parcourues :
Germany 1 : Wilhelm Eimers and Matthis Zenge : 1410,64 km
France 1 : Vincent Leys and Christophe Houver : 1406,15 km
Germany 2 : Heinz Otto and Marion Lausch : 1383,77 km
France 2 : Eric Decellières and Hervé Moine : 1335,2 km
La page de tracking montre des ballons posés tout autour de la Mediterranée : en Corse, en Sardaigne, près de Rome, de Naples et en Sicile.
Leurs équipages ont été rejoints par leur assistance au sol, et tous reviennent à Vichy pour la remise des prix qui aura lieu ce samedi à 12 heures à l’hippodrome de Bellerive.

Annabel Walker

  • Comment fonctionne un ballon à gaz ?

Certains « gaziers » construisent leur propre ballon, tellement ils sont obsédés par la légèreté. Ils s’infligent un entraînement physique et mentale intense. Des simulations dans des conditions extrêmes (pluie, froid, brouillard, altitude, chaleur) à deux dans un espace d’1,30m sont imaginées. Pour cela, ils font usage de leur PC météo. Le matériel au sol est identique que celui pour les courses au large. Et comme pour ce type de course, il est essentiel d’anticiper sur les caprices du vent.
Les sacs de sable qui servent de lest doivent être chargés méticuleusement. Leur poids est calculé en fonction de l’altitude à laquelle les pilotes veulent voler après leur décollage. Ensuite, ils jettent du lest pour monter, ou bien ouvrent leur soupape pour descendre, en fonction de l’altitude qui leur permettra d’avoir le vent le plus porteur.