Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Tous

Chadrac

À Chadrac, un cirque pousse au milieu des Mauvaises Graines

lun 28/04/2014 - 02:55 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:21

Le visage maquillé, les yeux grand ouverts, les nombreux bambins présents ce samedi 26 avril au festival des Mauvaises Graines, à Chadrac, attendent de pouvoir rentrer dans le chapiteau. Curieux mais pas suffisamment pour lâcher la main de leurs parents et jeter un oeil sous l’épaisse toile rouge, ils trépignent. Pendant ce temps, Grégory se prépare.

Un initiation au cirque d’abord
Les enfants entrent enfin et prennent place dans les tribunes. Au total, c’est devant plus de 120 spectateurs que Grégory devra faire son show. Lui, c’est Grégory Dias, 29 ans et dix ans de cirque derrière lui. Il fait partie de la compagnie « Archaïque », compagnie installée à Rosières qui propose des stages, des spectacles et des locations de chapiteaux. C’est la première fois qu’il participe aux Mauvaises Graines et dans l’après-midi, il a proposé à une cinquantaine de jeunes garçons et fille un atelier cirque avec trampoline, boule et jonglage.

Un aérien spectacle clownesque ensuite
À 18h30, place au grand show clownesque, intitulé « Circus Dias ». Gérgory y incarne un maitre de cirque qui, délaissé par son équipe, doit tout faire lui-même, des acrobaties au saut de la mort. « C’est un solo qui n’est pas vraiment un solo. C’est pour rappeler le cirque traditionnel tout en le parodiant », nous explique-t-il. Les gens du publics sont mis à contribution pour assurer la musique, les cascades se multiplient et le côté aérien du trampoline ravit les enfants. Les rires sont francs, les sourires visibles. Le spectacle est une réussite ; Grégory nous confie qu’il devrait normalement revenir l’année prochaine.

Les Mauvaises Graines pour « démocratiser la culture »
Le festival des Mauvaises Graines, comme nous l’écrivions il y a quelques jours, est né de la volonté de plusieurs associations de présenter des spectacles vivants et de qualité pour démocratiser la culture en les ouvrant au plus grand nombre. Les bénévoles, venus de tous horizons, se réunissent dans un esprit de découverte et de diversité pour porter des valeurs humanistes. La sensibilisation à la sauvegarde de l’environnement, l’opposition à la culture de masse et aux « produits de consommation culturelle « sont parmi les messages que le collectif souhaitent faire passer.

A.L.