Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Tous

Yssingeaux

Trafic d'armes et de stupéfiants dans l'Yssingelais

jeu 27/03/2014 - 17:35 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:21

L'individu avait rendez-vous au palais de justice du Puy ce jeudi après-midi pour répondre de ses actes dans le cadre d'une comparution iummédiate. Comme la loi l'y autorise, il a refusé d'être jugé et a demandé un délai pour préparer sa défense. Il sera donc juger le jeudi 10 avril prochain.
En attendant, il a été placé sous mandat de dépôt et conduit à la maison d'arrêt du Puy. Les accusations dont il fait l'objet sont plutôt graves : trafic de stupéfiants, d'armes et aussi des violences commises en réunion...

A chaque fois, c'est lui qui a fourni les armes à feu
Tout commence le 15 octobre dernier à Beauzac. Des coups de feu sont tirés et une femme est victime de violences de la part de plusieurs individus. Une enquête est aussitôt ouverte et met en lumière un vaste réseau dont la plupart des membres sont impliqués dans un trafic de stpéfiants. Tout laisse présager, selon les enquêteurs, qu'il s'agit d'un réglement de compte. L'un des individus avait d'ailleurs déjà été jugé à cet effet (lire).
Cet été, rebelote à Montfaucon, une autre femme est violentée et encore une fois, des coups de feu sont tirés. Dans un cas comme dans l'autre, les armes qui ont servi à ces méfaits ont été fourni par le prévenu de Haute-Loire...

De nombreux bijoux d'origine frauduleuse
Selon les services de gendarmerie, ce commerce illégal est forcément lié au vaste réseau de trafic de stupéfiants
Finalement, après une longue enquête, les militaires d'Yssingeaux procèdent aux interpellations et perquisitions de deux individus ce lundi 24 mars. L'Altiligérien est alors pris en possession d'un pistolet 6-35. La première femme victime de violence est également perquisitionnée et l'on retrouve chez elle de nombreux bijoux d'origine frauduleuse.
Selon les services de gendarmerie, ce commerce illégal est forcément lié au vaste réseau de trafic de stupéfiants qu'ils s'essaient à démanteler.

Des perquisitions fructueuses
Poursuivant leurs perquisitions chez les deux individus interpellés, les gendarmes n'en sont pas au bout de leurs surprises. Rappelons que l'un est domicilié dans la Loire, l'autre en Haute-Loire et que le trafic de stupéfiants serait justement à cheval entre les deux départements.
Chez le prévenu de Haute-Loire, les militaires ont mis la main sur un chargeur, des munitions, neuf téléphones portables, un écran plat, une cagoule mais aussi une balance électronique de précision (souvent utilisée pour le trafic de stupéfiants) ou encore un poing américain.

M.P.