Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Pour se chauffer, la communauté d'agglomération du Puy fait feu de tout bois

lun 10/02/2014 - 19:09 , Mise à jour le 10/02/2014 à 19:09

Opérationnel depuis le 6 janvier dernier, c'est sur les hauteurs de Guitard que le réseau chaufferie bois a été inaugué ce lundi matin en présence des élus de l'agglomération du Puy. Le projet a permis de créer onze emplois, essentiellement pour des entreprises locales.
L'investissement est de huit millions d'euros, dont 2,5 millions sont subventionnés. Le reste de la somme sera remboursé par les usagers : l'équipement devrait être rentabilisé en une vingtaine d'années. Les élus ont opté pour une DSP (délégation de service public) au profit de Cofely, qui invite les habitants du bassin du Puy à se raccorder au réseau pour "la bonne rentabilité économique du projet".

----La Haute-Loire est un département très boisés (près de 40 % de sa surface) et pourtant, sa filière bois est loin d'être florissante. La rédaction de Zoomdici y avait consacré un dossier l'été dernier (lire).-----Renforcer la filière bois en Haute-Loire
Dans une démarche de développement durable inscrite dans l'Agenda 21, les élus de la Communauté d'agglomération ont souhaité être moins dépendant quant à leur facture énergétique en faisant face aux coûts liés aux énergies fossiles (qui pourraient exploser dans les années futures), mais aussi donner une nouvelle jeunesse à la filière bois en Haute-Loire : la chaufferie consomme environ 800 m3 de bois pour quatre jours de chauffage et les élus ont pris l'engagement que ce bois provienne de forêts dans un rayon de 80 km à la ronde.
Cofely a ainsi acheté 1,2 million de tonnes de bois en 2014 et prévoit d'en commander 2 millions de tonnes en 2015 même si "le bois ne doit pas devenir spéculatif, tout en restant compétitif par rapport aux énergies fossiles". Laurent Wauquiez revient sur l'intérêt de crééer des emplois locaux et de dépenser l'argent en Haute-Loire, "plutôt qu'aux profit des pétroliers du Golfe", et l'intérêt de renforcer la filière bois en Haute-Loire tout en réalisant des économies pour la collectivité. Ecouter. {{audio3}}

----Aujourd'hui, on estime que 80 % de l'énergie mondiale provient du charbon, du pétrole et du gaz. On considère que pour un baril puisé, quatre sont consommés et la consommation énergétique mondiale augmente d'environ 2 % par an depuis les années 1970...-----Faire rimer écologie et économie
Cette chaufferie est la plus grande de Haute-Loire et c'est la 150ème à voir le jour en Auvergne. "C'est une réalisation de grande ampleur", certifient les élus de l'agglo, "qui va nous permettre d'économiser 90% de nos émissions de CO2". Déjà 1000 logements y sont raccordés, ainsi que le centre aquadulique La Vague. Les économies réalisées sur la facture énergétique des usagers sont estimées à environ 20 % et pour la piscine communautaire, on évalue l'économie annuelle à 100 000 euros.
"Notre territoire doit devenir exemplaire en développement durable", ont assuré les élus, "alors qu'on partait de très loin : on était lanterne rouge et on veut devenir chef de file". Willy Guieau explique que le chantier doit être amorti en une vingtaine d'années et rappelle qu'il s'agit d'un engagement de l'agenda 21, qui contribue à la bonne tenue écologique de cette mandature. Ecouter. {{audio1}}

Bientôt un second réseau chaleur bois ?
"Plutôt que de faire des chèques à Total et aux pétroliers du Golfe, on préfère qu'ils fassent tourner l'économie de la Haute-Loire", a observé Laurent Wauquiez, en rappelant le travail qui a déjà été réalisé sur les dossiers concernant le photovoltaïque, la gestion de l'eau, le traitement des déchets ménagers, ou celui concernant les circuits courts.
Les élus envisagent de construire un deuxième réseau de chaleur qui permettrait d'irriguer des bâtiments publics comme ceux du centre hospitalier Emile-Roux, le centre hospitalier Sainte-Marie, ceux du Conseil général ou encore la caserne des sapeurs-pompiers, et pourquoi pas l'étendre aux communes voisines du Puy comme Aiguilhe ou Espaly. Ce projet permettrait de créer à nouveau une dizaine d'emplois. Michel Joubert n'exclut pas la possibilité d'étendre le réseau chaleur bois même si l'hypothèse privilégié serait plutôt de crééer un second réseau de chaleur pour de nombreux bâtiments publics énergivores de l'agglomération du Puy. Ecouter. {{audio2}}

Maxime Pitavy