Zone de Corsac : pourquoi l'industrie et l'artisanat sont-ils boudés ?

jeu 14/02/2019 - 01:46 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:56

Les friches se sont alors multipliées. Le projet du contournement du Puy-en-Velay aura finalement joué en faveur de la zone de Corsac qui retrouve une seconde jeunesse avec l'installation de commerces. Mais à force de voir fleurir ces commerces et en consultant la révision du Plan local d'urbanisme (PLU) de Brives-Charensac arrêté le 13 novembre 2018, la Ville du Puy s'inquiète d'un déséquilibre entre le développement commercial du centre-ville de Brives et celui de cette zone d'activités où par ailleurs l'industrie et l'artisanat ne seraient pas les bienvenus. Une délibération expliquant ces inquiétudes a ainsi été inscrite à l'ordre du jour du Conseil municipal du Puy-en-Velay qui a eu lieu le mercredi 13 février 2019.

>> A lire : Commerces à Brives : un développement intense mais "équilibré"

"De quoi je me mêle", aurait-on envie de répondre vulgairement à la Ville du Puy ? Eh bien, de ses affaires, en tant que commune limitrophe comme l'impose la loi. De plus, Brives-Charensac et Le Puy-en-Velay doivent répondre à un schéma de développement commercial arrêté par l'Agglomération du Puy le 4 décembre 2018. Ce schéma fixe trois priorités :
      
* Pas de renforcement des zones commerciales majeures, ni création de nouvelles zones commerciales périphériques ;
* Pas de développement commercial sur les axes de flux notamment en entrée de bourg ;
* Une priorité au réaménagement des centres bourgs.
L’objectif de ce schéma tient notamment à ce qu’un équilibre soit respecté en matière commerciale entre les communes pour préserver au mieux le commerce de centre-ville, mais également celui déjà existant dans les zones d’activités.

Malgré les inquiétudes du Conseil municipal du Puy, Michel Chapuis demande aux élus de garder ce dossier axé sur la révision du PLU faite par Brives  : "Dans son PLU, Brives avait des zones Ui (destinées aux activités professionnelles, industrielles, commerciales et artisanales de toute nature susceptibles de comporter des nuisances incompatibles avec l'habitat, Ndlr). Sur ces zones pouvaient donc s'implanter des commerces, de l'artisanat et de l'industrie. La collectivité a choisi de réduire la possibilité d'installation aux commerces uniquement sur cette zone. Elle a sorti l'industrie et l'artisanat. Et quand on en a discuté avec le maire de Brives (Gilles Delabre, Ndlr), il a expliqué qu'il faisait cela dans l'intention non pas de vouloir installer des commerces à tour de bras, mais dans l'intention de bloquer quand il le souhaite, l'industrie et l'artisanat parce que cette zone est trop proche de zones d'habitations. Mais si un jour, il estime que le projet d'installation d'un artisan est intéressant, il pourra demander une dérogation du PLU dans le cadre de son Conseil municipal."

Par cette délibération du Conseil municipal du Puy, Michel Chapuis dit avoir voulu "envoyer un signal fort à nos collègues de Brives parce qu'il nous semblait que cette zone allait se développer de manière intensive en matière de commerces, mais on a vu qu'il ne s'agissait pas de cela."

Stéphanie Marin

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire