Zelihan, étoile montante du manga français

Par T.Ch lun 25/01/2021 - 06:00 , Mise à jour le 25/01/2021 à 06:00

Alors que le tome 1 de Wandering Souls de la mangaka ponote Zelihan est en lice pour le prix des collèges du prestigieux festival de BD d'Angoulême, le tome 2 est en librairie depuis le 13 janvier. Il est disponible à la librairie Interlude du Puy qui l’a invitée pour une rencontre avec le public ce mercredi. Elle y dessinera des dédicaces et partagera son expérience. 

Il y a quelques mois, nous avions publié le portrait de Zelihan Banvillet qui devait présenter le tome 1 de son premier manga professionnel aux éditions spécialisées H2T à Angoulême. Las, le premier confinement avait repoussé la sortie de cet album et en même temps retardé l'éclosion publique de la jeune auteure.

Un peu moins d’une année plus tard, le deuxième opus de sa série Wandering Souls est sorti officiellement le 13 janvier dans les librairies en ligne comme dans celles en dur. Parmi ces boutiques qui ont fait la promotion de l’ouvrage, Interlude, la librairie ponote spécialisée dans la bande dessinée a déjà promu Zelihan et l’accueillera à nouveau pour une séance de dédicaces ce mercredi 27 janvier à partir de 11 heures.

À cette occasion, Zelihan, qui est une jeune fille discrète, a bien voulu se prêter à une nouvelle interview pour faire le bilan des ventes de son premier album et évoquer le deuxième tome qui a déjà reçu un bel accueil dans la presse spécialisée.

Ce second et dernier tome se sera fait désirer, mais l'attente aura été ô combien récompensée ! Zelihan aura su me prendre à contre pied avec certains rebondissements assez sombres, tout en préservant une ambiance onirique et poétique. De plus, la couverture est vraiment très belle”, écrit Sachan pour izneo.com

Les âmes errantes, une longue maturation pour un succès de librairie

"Âmes errantes", traduction de ce manga imaginé par Zelihan a connu des ventes assez intéressantes, explique Zelihan sans révéler ni chiffre ni somme. Non pas qu’elle le cache, mais sûrement parce que cela ne l'intéresse pas complètement. Depuis toujours, ce qui l’intéresse, c’est de dessiner et aussi de communiquer sa passion pour le dessin ou plus exactement de la transmettre.

C’est pour cela que les réseaux sociaux ont été pour elle le premier média d’édition, support interactif où elle a pu mettre en ligne des dessins et juger de leur accueil. C’est là que sa maison d’édition spécialisée dans le manga français l’a repérée pour lui suggérer de s’investir dans un travail plus abouti et professionnel.

Je leur ai dit que j’avais le scénario parfait dans un tiroir, une histoire qui ne m'emmènerait pas dans une série trop longue et qui me permettrait d’approfondir certains des personnages que je traîne avec moi depuis longtemps”, explique l’auteure qui s’est mise immédiatement au travail sans abandonner les projets et travaux en cours pour sa fac d’arts plastiques. De quatre heures de dessins par jour en moyenne, elle est passée à plus de six, voire huit ou même dix le week-end. Le confinement tombait bien, il lui a donné un peu du temps pour peaufiner ses dessins et surtout ses décors dont la précision étonne.

"Ça n'est pas un sacrifice, c’est juste que ma vie c'est ça. J’aime ce que je fais alors je ne le vis jamais comme une contrainte", Zelihan.

Le premier tome de Wandering Souls est un succès comme en atteste sa sélection pour un prix adjoint à celui du grand prix de la BD d'Angoulême, celui du prix des collèges. De quoi rebooster encore la vente de l'ouvrage et surtout lancer celle d’un tome 2 encore plus abouti et plus complexe dans sa structure narrative.

Le manga, genre à part et forme d’expression en noir et blanc

Le manga, est né au japon, il y a plusieurs siècles. Littéralement, c'est un dessin non terminé, crayonné . Au cours du XXe siècle, la mode du manga s’y est imposée comme un vecteur d’expression à part entière avec ses codes particuliers et des catégories spécialisées, depuis le manga pour enfants à celui pour public adulte. Au même moment, les lecteurs français et européens se sont habitués à la bande dessinée d'inspiration belge qui a des mises en page très différentes, plus linéaires et plus bavardes. Il a fallu longtemps pour que le manga perce en Europe car les lecteurs ne comprenaient pas l’esprit manga et par dessus tout rejetaient le noir et blanc qui est aussi une des spécificités du genre. Depuis 20 ans, le manga est devenu un genre et s’il a toujours du mal à conquérir les lecteurs de Tintin ou de Buck Danny, il commence à inspirer les dessinateurs à la mode.

Wandering Souls n’est pas, à la différence de nombreuses publications, une adaptation ou une simple traduction d’un succès japonais, mais il en a les codes. Plus qu’une longue explication, la publication autorisée par Zelihan et sa maison d’édition devrait suffire à nous éclairer.

Le manga à la sauce Zelihan: première rétrospective (déjà)

Wandering Souls tome 1 Editions H2T Photo par Zelihan

On constate ici que le découpage des cases ne répond pas du tout à un ordre cartésien mais qu’il cherche à interpeller le lecteur sur différents points de vue, du subjectif à son contre-champ puis à celui du gros plan. Les personnage ont des yeux beaucoup plus grands que dans la réalité, c’est une constante car il se passe beaucoup de choses dans ces regards, reflet de l’âme.

"Un manga, c’est d’abord une technique de narration, c’est un peu comme un storyboard de cinéma. C’est ça que j’ai travaillé en premier" explique l'auteure.

Nous en avons trouvé la preuve avec cette planche, pas encore un manga, créée en 2015 pour un concours de jeunes dessinateurs à Angoulême qui a obtenu un écureuil d'argent. L'or était allé à Meva, la petite soeur de Zelihan.

Premier concours pour le prix Ecureuil d'Angoulême 2015 Photo par Zelihan

La planche a été  présentée sans les commentaires, bien sûr mais déjà l’auteure a voulu expliquer son travail sur son blog. C’est peut être pour cette raison qu’elle compte passer l’agrégation d’arts plastiques et se tourner vers le métier d’enseignant. C’est sûrement pour ça qu'elle adore les séances de dédicaces qui lui permettent de rencontrer des fans auxquels elle prendra le temps de donner explications, conseils et encouragements. Elle prête ses propres qualités aux personnages de Wandering Souls qui, comme à son image, errent dans un monde à la nature omniprésente et sauvage, mêlant le réel et le fantastique, l’aventure et l’introspection, l’amitié et le dialogue. Six ans plus tard, voilà ce qu’est devenu le trait de Zelihan :

Wandering Souls tome 2 Editions H2T Photo par Zelihan

Entre la planche N°1 et cette couverture du tome 2, il ne s’est écoulé qu’une petite année pour la dessinatrice mais, on sent bien que le personnage s’est affirmé, comme le trait.

De la nature d'Auvergne et des chibottes dans les décors de Wandering Souls

Zelihan, une fois le voile de sa réserve naturelle levé, est intarissable sur son travail, parle du détail de ses dessins comme de l'ambition de ses histoires ou de celles à venir. Elles ne seront sans doute plus pour les plus jeunes. Elle évoque ses sources d’inspiration comme ces paysages de chibottes qui apparaissent dans le tome 1 et qui se mêlent à des paysages de terres lointaines vue sur Arte, ceux vus sur des magazines de voyage. C’est tout naturellement que nous avons voulu confronter l'héroïne du manga de Zelihan à son décor naturel pour vérifier que la mangaka Zelihan est bien une auteure de manga français.

L'héroïne de Wandering Souls et sa créatrice dans un des décors naturels Photo par Th Chabanon
L'héroïne de Wandering Souls et sa créatrice dans un des décors naturels Photo par Th Chabanon

T.C.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire