Tous

Yssingeaux

Yssingeaux : sa majesté le cochon a mené la procession

dim 25/02/2018 - 16:27 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:51

Sous un soleil généreux mais par un froid bien vif, la foule s'est déplacée nombreuse samedi matin pour assister à la théâtralisation de la tuaille de cochon, la nouveauté de Groin en Folie, la fête du cochon à Yssingeaux.
Cette deuxième édition enrichie a rencontré un très grand succès populaire.

La tuaille par étape par étape
Transporté depuis l'abattoir sur une charrette tirée par l'âne Félix, le porcelet, pesant environ 110 kg, a été installé sur plusieurs palettes, recouvert de paille et brûlé place de la Victoire.
Une centaine de spectateurs était présente.
Durant l'étape du brûlage, la troupe folklorique Los Esclops Dos Cinc Jalhs ont enchaîné les bourrées.
Puis le cortège a déambulé dans le centre-bourg, accompagné en musique par la fanfare L'Eveil désidérien, pour s'arrêter place Carnot et procéder au raclage à la brosse et au lavage de l'animal, afin de le débarrasser de ses soies.
Enfin, des professionnels ont procédé à la découpe des morceaux tant bien que mal, les bouchers n'ayant pas pu ouvrir la bête en deux à cause du froid. Ils ont interagi avec le public pour nommer les différentes parties de viande.

Les gourmands bien au rendez-vous
Tout le long de la journée, les fricassées préparées sur place se sont vendues rapidement, tout comme les caillettes, jambonnettes et autres boudins proposés par les neuf producteurs présents.
A voir la file d'attente aux abords des grandes tablées vers midi, nul doute que les gourmands sont venus nombreux déguster le jambon en famille ou entre amis.
Cent vingt plats de tripes ont régalé les matinaux, 300 repas ont été servis à midi, enfin 120 réservations étaient prises pour la potée du soir.
L'après-midi, des professionnels retraités des métiers de la bouche ont proposé des dégustations de produits à base de cochon, anecdotes et recettes anciennes à l'appui.

« Un vrai moment convivial »
Odette et Lucien, deux retraités d'Yssingeaux, n'ont pas raté une miette de la tuaille et ont fait le plein de cochonnailles : « On revit nos traditions. Avant, le tue-cochon se pratiquait beaucoup dans les fermes. C'était un vrai moment convivial. Tout le monde participait. Et aujourd'hui, on se régale encore avec les caillettes et les boudins ».

« On est des passeurs de traditions »
André Perrier, président de Goûter Pur Suc, était un homme heureux en fin de journée. Il reconnaissait, non sans émotion, « Quand j'étais jeune, on assistait à la tuaille. C'était extraordinaire. Dans l'association, on est tous des gourmands. Ici, à Yssingeaux, on aime notre territoire, on aime notre ville, on est des passeurs de traditions, de savoirs-faire. Aujourd'hui, j'ai réalisé mon rêve, la théâtralisation du cochon ». D'autres surprises devront encore enrichir l'édition 2019.

Une pièce en patois pour clore la fête
La fête s'est poursuivie dimanche après-midi avec une représentation donnée en patois,  « Filar à s'entourna », traduisez « Partir et revenir »,  jouée au théâtre municipal par des membres de la troupe Los Esclops Dos Cinc Jalhs.

M-A.B.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire